Le temps d’un « Au revoir »

Avec les sœurs de l’Immaculée-Conception

Installée depuis bien des années à Poitiers Ouest, sur la paroisse Sainte Thérèse/Sainte Jeanne devenue paroisse Bienheureuse Marie-Louise, la communauté des sœurs de l’Immaculée-Conception a rejoint d’autres territoires pour d’autres misions avec la famille de l’Incarnation, dont le quartier Saint-Eloi à Poitiers. Le dimanche 5 novembre, pour une messe suivie d’un repas partagé avec les paroissiens les sœurs de l’Immaculée-Conception ont retrouvé paroisse et quartier : Jacqueline Gadreau, Thérèse Moreau, Jeanine Robert, Thérèse Jourdain et Jeanine Barbot, mais aussi Odile Marteau, Marie-Antoinette Crochet (qui est à Saint-Eloi avec Jeannine Barbot). Soeur Thérèse Turpeau, partie en 2008 à Niort, n’avait pas pu venir. Elles ont rappelé le vécu de ces années de présence lors de la prière universelle avec les sœurs des des congrégations de la Sagesse et des Filles de la Vierge à Salvert présentes également sur la paroisse.

Dans son homélie, le P. Claudy Guéret, curé de la paroisse, a évoqué la création de la congrégation de l’Immaculée-Conception par le P. François-Donatien Pécot, dans le quartier du Port à Niort, au XIXe siècle, quartier délaissé, habité par une population pauvre. «Puisque les gens ne viennent pas à l’église, il faut aller vers eux», avait dit le P. Pecot. Il soulignait : «une grande simplicité de cœur et de vie, cachet traditionnel de la congrégation, vous rend proches des petites gens». Cette démarche du P. Pecot auprès des pauvres et des déshérités, a constaté le P. Claudy Guéret, était également celle des fondateurs des deux autres congrégations présentes sur la paroisse : le le P. Gaillard pour les Filles de la Sainte Vierge à Salvert et le P. Louis-Marie Grignion de Montfort pour la Sagesse.

Cette attention aux plus démunis portée par les sœurs reste la même depuis leur fondation car, si nos sociétés ont bien changé depuis les siècles passés, la pauvreté et la misère restent trop présentes, près de nous, dans nos quartiers. La démarche initiée par les fondateur des congrégations est toujours d’actualité et nous amène à agir et à témoigner aux périphéries, a constaté le P. Claudy Guéret avant d’ajouter : «pour rappeler dans notre société d’opulence la nécessité de partager les espoirs et les biens matériels. Une question que doivent se poser nos sociétés occidentales, dans une perspective internationale». Le P. Claudy Guéret a également souligné la nécessité et même l’impératif pour l’Église, donc pour celles et ceux qui la composent, de placer leur perspectives et leurs actions dans l’internationalité.

A l’issue du repas, les sœurs ont présenté leurs nouvelles activités avant que soit passé un diaporama expliquant la fusion des Ursulines de Jésus et des sœurs de l’Immaculée-Conception ainsi que quelques photos illustrant la présence des sœurs dans les activités paroissiales et de quartier au fil de ces dernières années. Soit, un temps de prière et d’amitié dans un monde mouvant avec pour référence permanente, à la suite du P. Louis-Marie Baudoin et du P. François-Donatien Pécot. «le chemin de vie selon l’Évangile, éclairé par le mystère de l’Incarnation».

Le temps d'un au revoir

Légendes des photos

1- Les sœurs de l’Immaculée-Conception au 2ème et 3ème rang.

2- Tranches vies

3- Les congrégations réunies pour la prière universelle.

4- Évocation de perspectives pour demain avant le diaporama

Texte: Pierre Arnault
Photos: Pierre Arnault, Laurence Maury