Samedi 18 Janvier Visite Pastorale

Messe à Saint-Jean-de-Sauves

 

« Seigneur, le Roi se réjouit de ta force,,,porter la Bonne nouvelle aux pauvres….
Je ne suis pas venu pour les justes, mais pour les pécheurs »

Quand le Seigneur choisit quelqu’un,il ne choisit pas forcément le meilleur. Ce qui compte,c’est l’appel, la grâce et c’est Dieu qui donne les capacités.
« Tout est grâce, tout est don, tout est appel » Rendons grâce pour cela

Yvette Boulais nous emmène ensuite chez un fabricant de cornemuse et autres instruments de musique

Bois et cornemuses chez Claude Girard à Saint-Jean de Sauves

La coopération entre la fabrication d’instruments et « Bois et cornemuses » permet à travers différentes activités d’aider à la découverte des intervalles constituant une gamme musicale antérieure à celle de notre système actuel.

Cette découverte se fera plus particulièrement par l’étude des instruments à vents anciens. « Bois et cornemuses » présente une démarche liée à la réflexion et à la réalisation en atelier, c’est une démarche concrète qui peut être reçue par le plus grand nombre.

Cette démarche liée au patrimoine à transmettre, s’incarne par des actions pédagogiques de terrain. Patrimoine français et européen, elle peut ouvrir sur l’interprétation des musiques ethniques.
De ce fait nous espérons tendre vers une analyse objective des « instruments du monde ».

A travers les intervalles musicaux la géométrie guide nos pas. Le cercle ou la sphère, base de la géométrie, produit de la gravitation, gère l’univers et génère les phénomènes physiques qui nous entourent.
Claude Girard.

Quelques précisions apportées par Claude Girard :

Plus un instrument est long, plus le son est grave

Plus un instrument est court, plus le son est aigu

Les grands instruments sont en bois d’érable pour être plus léger

« C’est le seul endroit où l’aventure est possible » Il fait des copies d’originaux anciens bien que malheureusement il n’y ait plus d’orchestres d’instruments anciens
Le son d’un instrument ancien porte plus loin qu’un instrument moderne qui joue sur les fréquences.
La construction d’un instrument c’est de  « l’archéologie musicale »

Les outres des cornemuses sont faites en cuir. Les anches sont faites avec du roseau.Il faut d’abord souffler pour gonfler « la poche » et ensuite appuyer avec le bras pour envoyer l’air

Certains n’ont pas pu résister à s’y essayer.

Entendrons-nous un jour une cornemuse accompagner une procession d’offertoire dans une Liturgie ?

https://www.tourisme-vienne.com/fr/activite/1006/bois-et-cornemuses

Et la porte à côté le fils de Claude Girard produit du miel

La ferme du miel

Hervé Girard n’est pas avare d’explications pour répondre à toutes nos questions.Il commercialise toute sa production au détail et en particulier à Central Park.

Il n’y a plus le gaucho et les nouvelles abeilles produisent peut être moins mais elles ne meurent plus. Il vend du miel de printemps, d’acacia, de tournesol et de fleurs

https://www.tourisme-vienne.com/fr/activite/675/la-ferme-du-miel

La fin de la matinée se termine pour l’angélus à Notre-Dame de la Roche

Chapelle Notre Dame de la Roche

« L’an 1879 le 22è jour du mois d’octobre, Léon XIII étant Pape (le Pontife le plus grand) le Cardinal Louis Edouard PIE étant évêque du Diocèse de Poitiers, Julien PERLAT, curé de l’église de Saint-Jean de Sauves et de cette chapelle dédiée à la Bienheureuse Marie Immaculée, selon le vœu de Mme Louise ARNAULT le 7è jour du mois de Mars de l’année 1876 et aux frais de la défunte de Théodore ARNAULT son époux, pose la première pierre de cette construction »

Les habitants de la Roche, la Chaume, Pommoreau, Senessais, la Vallée et la Rivière sont propriétaires de cette chapelle ; pour l’entretenir, ils ont crée l’association : « Le Comité de la Chapelle de la Roche »Pour faire face aux dépenses ils organisent une fête le 8 septembre mais demandent aussi des aides aux collectivités.

La fontaine a été restaurée en 1986 par le Comité et des bénévoles.

Dans cette Chapelle des mariages et des Baptêmes sont célébrés et en particulier en octobre les Baptêmes des gitans

 

Nous serons nombreux à partager le déjeuner « Aux berges du Prepson » recus par un couple jeune et dynamique qui vient d’ouvrir ce restaurant à côté de Saint-Jean de Sauves

Récupéré sur Facebook :  Aux Berges du Prepson 19 janvier, 18:01 ·  Après un week-end chargé nous tenions à remercier le diocèse ainsi que M France Poireau et ses collègues.

Et nous repartons à la découverte du Patrimoine mirebalais

Chapelle Notre Dame d’or

Voici d’abord quelques photos de notre ami Alain Thomazeau prises en aout 2018 avant les travaux

Et aussi quelques éléments récupérés sur plusieurs sites internet :

Notre-Dame-d’Or est une ancienne commune française située dans le département de la Vienne, en région Nouvelle-Aquitaine. Elle est associée à la commune de La Grimaudière depuis 1973.

Du vieux sanctuaire aux patins de Gargantua…

Cet antique sanctuaire sur la vallée de la Dive n’attire plus les foules. Dommage car rien d’autre ne pourrait venir troubler la quiétude de ce hameau, endormi à l’ombre des patins de Gargantua. Ces vénérables croupes de grès ont porté, voici plusieurs millénaires, les civilisations primitives de nos ancêtres. Ils y ont forgé les outils qui allaient participer à l’évolution de notre humanité. C’est aussi sur les pentes arides de ces sanctuaires végétaux qu’il faut aller à la rencontre des belles orchidées poussant par centaines dans ces endroits retranchés. Mais Notre-Dame d’Or est avant tout un petit repli terrestre près de la Dive sacrée, là où sommeille une foi ancestrale, où dorment des trésors celtes, où les premiers martyrs chrétiens ont imprimé leur sceau, tout ce qui nous ramène aux prémices de notre civilisation et de sa foi. Pour imager le propos, quoi de plus symbolique que la façade dépouillée de l’église à bretèche du village ?

(Si vous êtes curieux, vous irez voir sur ce lien ce que veut dire le mot « breteche »)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Bret%C3%A8che

L’église Notre-Dame, des XIIe et XIVe siècles, est d’origine romane. Les deux travées de son chœur et ses deux pilastres placés entre le chœur et la nef sont classés comme Monuments Historiques depuis 1942.

L’église de-Notre-Dame-d’Or  a été fortement remaniée à la suite d’un incendie. Le clocher-mur abrite deux cloches, l’une date de 1858 et l’autre de 1989. La statue de la Vierge située au-dessus du portail date de l’an 2000. Elle remplace une statue polychrome qui est, maintenant, installée dans l’église. Deux colonnes romanes sont surmontées de chapiteaux. L’un d’eux est orné de feuilles d’acanthe et l’autre de deux sirènes hybrides à tête barbue et corps d’oiseaux. Ce dernier est classé comme Monument Historique depuis 1942. L’église abrite trois retables du xviie siècle en calcaire. Le retable du maître-autel est dédié à l’Assomption de la Vierge. Les deux autres représentent la Pentecôte et l’Ascension.

En ce samedi 18 janvier 2020, c’est Monsieur le Maire de La Grimaudière Claude SERGENT qui nous reçoit et nous fait l’historique des travaux :

La restauration générale de l’intérieur commence en 2019. On découvre des fresques probablement du 14è et 15è siècle, plus nombreuses que prévues (peintures murales anaglyphes). Cela se traduit donc par une enveloppe plus importante.
Une partie du choeur est classée Monument Historique.

Une aide conséquente est apportée par la DRAC, la région et la Fondation du Patrimoine. Le conseil municipal a très vite accepté le projet qui sera réalisé en 2021 et en 2022.

Une sacristie avait été accrochée à l’église et fut détruite avec l’accord des Bâtiments de France : les murs étaient en ciment et étaient recouverts d’un badigeon.

Globalement, 3 périodes de peintures sont apparues ; on gardera les plus anciennes.
La commune envisage déjà quelques activités artistiques et culturelles pour faire vivre ce site que nous quittons à regret.
Nous avons alors rendez-vous avec un « jeune chef d’entreprise agricole» plein d’avenir.

Etienne Franchineau

Il est agriculteur depuis 1an et 1/2Il a repris la ferme familiale céréalières de son père à Champigny

Son projet est de convertir l’ensemble en Bio.

Il a fait des études d’histoire, science politique et une année de formation pour reprendre la ferme de 150ha. Il veut diversifier les cultures ; au départ blé, colza, tournesol, maïs.

Puis cultiver de nouvelles espèces : soja, triticale, féverole(légumineuses qui ressemblent à des haricots). Pendant les 2 premières années, il s’orientera plutôt vers les nourritures animales. Cette année, il commence le maïs et les lentilles. Les légumineuse produisent l’azote dont elles ont besoin pour pousser

Il est aidé et échange avec la Chambre d’Agriculture et Vienne Agro Bio.

La demande en produits bio est plutôt forte ; les conventions des prix ne sont pas internationales. Il vend aux coopératives Terrena et Chalandray qui s’occupent de la commercialisation.

Ce soir ce ne sont pas les vêpres qui seront célébrés mais une veillée baptismale à Charrais pour le Baptême de Matthys Brion et Clémence Goyer

Veillée baptismale paroissiale en l’église St Martin de Charrais

En entrant dans l’église, première surprise : tous les bancs ont été déménagés et changés de place. Deux demi-cercles autour de la Parole, du cierge pascal et de la cuve baptismale permettaient à l’assemblée et aux familles de Clémence Goyer et de Matthys Brion d’être bien placés pour tout voir et bien participer,

La chorale Sainte-Radegonde au grand complet sous la direction d’Henriette le Gallais et Catherine Mayet était accompagnée à l’orgue de Laurence Bonnin et à la clarinette de Patrick Pierre.

Bruno Levêque, diacre et le Père Jean-François assistaient Mgr Wintzer pour cette véillée baptismale paroissiale

«  Jubilez, criez de joie, acclamez le Dieu trois fois saint, venez le prier dans la paix, témoigner de son amour» Le ton est donné

Après le dialogue avec les parents des futurs baptisés, Monseigneur Wintzer trace un signe de croix sur le front de Clémence et Matthys :

depuis les origines de l’Église, celui qui veut devenir chrétien est marqué de la Croix du Christ. C’est la signation

Cette dernière journée de visite pastorale de Mgr Wintzer dans notre paroisse fut clôturée par un temps fraternel au Rochereau « SFG » : soupe, fromage, galette des rois

         

Et pour en savoir plus sur l’église de Charrais : http://www.parvis.poitierscatholique.fr/ste-radegonde/Charrais.pdf