Pour ceux qui aiment lire

Par le Père Jérôme de la ROULIÈRE – curé de la paroisse Saint Jean Paul II en Bocage –

Comment devenir plus catholiques… en s’inspirant des évangéliques

P Jova et H Lindell, Editions de l’Emmanuel, 262p. 18€

     Voilà un titre qui surprend le lecteur habitué à un regard, avouons-le, souvent condescendant. Connaissons nous les évangéliques ou pentecôtistes, toutes ces églises qui foisonnent dans le monde et près de chez nous ? Ce livre en 10 chapitres est une enquête sur des chrétiens nombreux  et deux témoignages avec des approfondissements théologiques. Ces deux journalistes de l’hebdomadaire « La vie » ont été membres de ces églises par conversion ou tradition. Ils sont catholiques, pratiquent et disent ce qu’ils doivent à leurs frères évangéliques. Suivre les chapitres  » accueillir et être accueillis », les ministères » « la conversion,  » le zèle missionnaire » ou « la musique donne un horizon large avec des témoignages de toute la France.

     Les idées sont multiples sans condamnation ni jugement. L’insistance est plus sur les villes avec des remarques qui s’adressent à tous comme les chants, ritournelles de toutes les remarques dans nos communautés. La finale sur l’église en croissance est vivifiante. Les parcours alpha peuvent témoigner que des passerelles existent. Au moment du motu proprio avec le rite en latin, ce livre met devant un enjeu plus essentiel pour la rencontre de la modernité.

Découvrir la foi par thèmes avec les jeunes

15 paroisses parisiennes proposent ce parcours de formation sur trois ans depuis 2006. Le sérieux pédagogique et la régularité des rencontres hebdomdaires ont permis un franc succès auprès des jeunes. Ce livre met par écrit les enseignements pour former un ensemble homogène et complet de la foi de la création à la bible en passant par les fins dernières. C’est un manuel accessible aux jeunes qui suivent la formation, mais aussi outil de travail pour tout laïc en formation. Il peut donc être utile à ceux qui participent à ces formations ( comme les 3 jeunes qui sont venus chez nous en novembre) ou aux curieux.

Chacun des 50 thèmes est traité en quatre pages avec plusieurs portes d’entrées : deux pages de references bibliques et littéraires, mots, un développement philosophique de deux pages et termine par trois questions. Quoi de neuf par rapport au catéchisme de l’Eglise Catholique? Les vérités sont ouvertes avec un monde composé surtout de non croyants et la volonté d’une intelligence de la foi qui traite de sujets proche des jeunes. Les trois auteurs, jeunes prêtres aumôniers de jeunes, ont voulu un ton positif . La parole de Dieu est particulièrement mise en valeur d’où le titre du parcours EVEN: Ecole du Verbe Eternel et Nouveau.

A lire thème par thème.

Even, une ecole de la parole, A LEPROUX, L de BELLECIZE, JB ARNAUD
Salvator 2021 280 p. 22.80

 

 

La lune m’a dit, Jacques ARNOULD, Cerf, 2020170p, 18€

Tout le monde connaît le nom de Neil Amstrong, celui qui a posé le premier le pied sur la lune. Un rêve est devenu réalité. Même un groupe de chanteurs comme Indochine fait parler la lune. Osons interroger ce rêve du ciel étoilé avec un membre du CNES. En ce temps où Thomas Pesquet a retrouvé l’espace. C’est un beau voyage.

Cette étude pose le travail des chercheurs : spationautes et constructeurs de fusées, non pas comme une performance technique mais comme une recherche de sens. La première partie part du rêve des penseurs antiques et fait l’histoire du rêve du voyage humain dans l’espace avec Kepler et la conquête de la lune il y a 50 ans en 1969. Pourtant, l’auteur voit une rupture dans la première photographie de la terre  « Une fois qu’une photographie de la terre, prise de l’extérieur sera disponible, une fois que l’isolement de la terre sera connu, sera lâchée une nouvelle idée » écrit Fred Hoyle en 1948. Deux chapitres de cette partie « Le jour où le ciel s’est refermé » et « la terre n’est pas un vaisseau spatial » annoncent une nouvelle responsabilité de l’être humain sur la terre qui le porte. La deuxième partie quitte le monde des idées pour connaître les personnes qui travaillent pour l’espace et leurs motivations. La conquête spatiale entre dans une maturité où les rêves sont accomplis et de nouveaux projets comme approcher Mars montrent une utilité milité et un coût conséquent.

L’auteur qui travaille au CNES sait construire une réflexion éthique avec des références littéraires comme Proust ou le petit prince sans nuire à la profondeur. Il expose ce paradoxe d’un regard attiré par les étoiles qui fait redécouvrir notre terre, maison commune.

 

Une histoire du dimanche, Michèle Clavier140p 14.90€

Si le dimanche voit diminuer la pratique religieuse, il reste un point d’ancrage dans le calendrier moderne. Le débat sur la travail du dimanche a bien montré que le dimanche reste un jour différent. Pourquoi ?
M Clavier alterne des informations historiques et liturgiques fouillées avec une anthropologie. La finale laisse sur la faim malgré la certitude de l’auteur que le dimanche restera un temps marqué par la foi chrétienne. Une piste ouverte sur la création et le repos du 8° jour ouvre un avenir. » Alors oui, le dimanche est l’avenir de l’homme » affirme l’auteur en conclusion.

L’auteur écrit dans le jour du Seigneur. Elle sait être à la portée de tous avec des chapitres courts et des références sur internet. La partie sur la liturgie après la guerre à nos jours donne des détails significatifs sur les hésitations de la nouvelle liturgie.

 

 

 

 

Retrouver l’enthousiasme, Michel COOL,
Salvator 2021,134p., 14€
Ce petit livre reprend la retraite prêchée à des prêtres du diocèse de Nancy sur l’esprit missionnaire de Paul VI. Le pape de l’après concile est décrit par thème : le pèlerin, l’urgentiste, l’ami… Le lecteur retrouvera signes prophétiques de ce pape de l’après concile avec deux voyages : celui de Terre Sainte et celui de Manille. Cette méditation est aux antipodes de l’esprit pessimiste voir apathique de ce temps. Une épreuve traversée par l’auteur montrera l’urgence de cette espérance loin d’être candide que portait Paul VI.
Le livre se lit facilement et donne de belles images de ces années 60/70. Les références alternent entre celles du temps de Paul VI et celle d’aujourd’hui avec Thomas Halik ou Sylvie Germain. Une bonne nourriture spirituelle pour un temps de carême.

 

 

 

 

Un livre à lire en ce temps de confinement

La tombe du pécheur , John O Neil
Artege 2020, 219p., 12€

Ce livre, construit comme une enquête, montre l’histoire d’un demi siècle de recherche pour trouver le tombeau de Pierre sous la basilique romaine qui porte son nom. Lors de travaux en 1939, une équipe trouve une tombe des débuts de l’ère chrétienne. On croyait cette tombe perdue et le pape Pie XII monte une équipe d’archéologues pour trouver des signes visibles de la tradition du tombeau du premier des apôtres. Le récit intéressera surtout pour la galerie de portraits : un magnat texan du pétrole, une femme opiniâtre et géniale, un monsignore obtus qui empêche la publication des travaux. L’intelligence des laïcs s’oppose.
Accessible à tous, ce livre montre que l’histoire peut s’écrire de plusieurs manières malgré l’évidence des découvertes. Les évidences archéologiques son rares et le travail demande de la patience et surtout une curiosité respectueuse sans a priori. Le lecteur sera intéressé par la description précise des tombes romaines et par l’explication des graffitis de l’antiquité. Un cahier iconographique et une chronologie terminent cette enquête.

 

 

Le café du padre, Jean-Yves DUCOURNEAU.
Ed Salvator 2020, 223 pages, 19 €.
Un aumônier militaire qui a un don de plume écrit un livre, bilan d’une pastorale particulière ; celle de la pastorale au sein de nos armées. La première partie insiste sur l’accueil, une école de vie. Pour lui, il s’agit surtout de l’accueil en tête à tête autour d’un café ou lors de manœuvres. L’aumônier militaire vit aussi cette rencontre lors d’une sépulture. Le récit d’une rencontre éprouvante avec un jeune formateur à propos de son couple, page 63/69, montre l’Esprit Saint à l’œuvre. La première partie ce termine sur la méditation : l’eucharistie lieu de communion.
La deuxième partie rassemble une dizaine d’éditoriaux  sur des sujets d’actualité. Ceux du carême sur Verdun et sur la paix montrent une belle intériorité.
Servir sous les drapeaux peut aussi combler des prêtres.

 

 

 

 

De silence et de lumière, Sœur Marie Paul.
Ed Parole et Silence, 2020, 136 pages, 15 €
Comment une jeune Egyptienne de parents Libanais peut-elle trouver sa place à Jérusalem et écrire des icônes à succès ? Ce livre retrace la vie de cette femme née en 1930 et installée depuis 1955 au couvent  des Bénédictines sur le mont des oliviers. A travers sa vie de famille et sa soif de prière et d’affection du Père, elle raconte son chemin entre deux mondes Orient et Occident. Le lecteur retrouvera un orient d’avant la révolution de Nasser et la guerre des 6 jours avec un fort dialogue inter religieux. Un cahier central d’une cinquantaine de photos donne des visages à cette histoire. La partie   ̏iconographeʺ retrace cette créativité. De l’icône de l’église de Kansas city (2,5m de haut) aux icônes familiales, Sr Marie Paul avec les autres sœurs du monastère a écrit plus de 500 thèmes. La sainte famille, page 108, ou le bon pasteur, page 122, offrent un nouveau visage avec sa méditation.
Les deux auteurs aident à trouver une personne à travers ce destin unique de la création de l’icône de la sainte famille, une icône à la diffusion mondiale. Les pèlerins de la Terre Sainte ou les propriétaires d’icônes sortirons ressourcés de cette lecture.

 

La conversion, style du chrétien, Christian ERNST.
Mediaspaul, 2019, 218 pages, 19 €
La théologie peut grandir par les sciences et technologies de l’information. Ce laïc, membre de CVX, se lance dance une anthropologie de la communication avec un horizon pastoral. Le lecteur découvre l’altérité et la liberté intérieure, la communication via son intention et sa prévisibilité. Si certains chapitres semblent techniques et loin de la vie paroissiale, ̏Écouterʺ avec Jésus ou   ̏les silencesʺ  renouvellent notre conversation. La partie témoignage annonce les défis d’aujourd’hui.

L’auteur cite Benoît XVI   ̏l’homme contemporain est souvent bombardé de réponses à des questions qu’il ne s’est jamais posées et soumis à des besoins qu’il n’aurait pas ressentisʺ
Instructif et premier pas pour la nouvelle évangélisation ?