Pour approfondir…

Homélie du 24 Mai 2020 7ème Dimanche de Pâques

Homélie du 21 Mai 2020 Ascension du Seigneur en l’absence de fidèle

Homélie du 17 Mai 2020 6ème dimanche de Pâques en l’absence de fidèle

Homélie du 10 Mai 2020 5ème dimanche de Pâques en l’absence de fidèle

Homélie du 3 Mai 2020 4ème dimanche de Pâques en l’absence de fidèle

Homélie du 26 Avril 2020 3ème dimanche de Pâques en l’absence de fidèle

ANNEE SACERDOTALE : Le film « Alter Christus » (réalisé par la Congrégation pour le Clergé)

À l’occasion de l’Année Sacerdotale (du 19 juin 2009 au 11 juin 2010), la Congrégation pour le Clergé a réalisé un film d’une demi-heure sur le prêtre, intitulé « Alter Christus », avec, comme principale référence le Saint Curé d’Ars. Outre des extraits de discours des papes Jean-Paul II et Benoît XVI, on note les interventions et témoignages de nombreux cardinaux, évêques et prêtres, dont le cardinal préfet Cláudio Hummes (Congrégation pour le Clergé), le cardinal préfet Antonio Cañizares (Congrégation pour le Culte Divin), le cardinal président émérite Julián Herranz (Congrégation pour l’Interprétation des Textes Législatifs), l’archevêque secrétaire Mauro Piacenza (Congrégation pour le Clergé), Mgr Guido Marini (maître des Cérémonies Liturgiques du Souverain Pontife).
De nombreux prêtres interviennent également : le Rév. père abbé Michael John Zielinski (Commission Pontificale pour les biens culturels de l’Église) et l’abbé Thierry Blot.

Un document très pédagogique, magnifiquement réalisé, qui met en évidence la beauté du sacerdoce et du don de soi des prêtres à travers le monde.

Le Mystère de l’Eucharistie est le grand mystère de l’amour de Dieu. Le Seigneur aime tellement les hommes qu’il a voulu donner sa vie dans le sacrifice de la Croix et qu’il a voulu le rendre présent et actuel sur l’autel à chaque fois que le prêtre célèbre l’Eucharistie.

En vivant l’Eucharistie, le fidèle communie à l’amour de Dieu, qui se donne en le Corps très saint de notre Seigneur Jésus-Christ. Approfondissons notre connaissance du mystère de l’Eucharistie pour mieux en vivre la profondeur de l’amour que Dieu nous donne dans ce sacrement.

Abbé Thierry Delumeau

La Vidéo suivante peut nous y aider :

LE CHAPELET A LA MISERICORDE DIVINE

Histoire du chapelet à la Miséricorde Divine

(on récite les prières suivantes sur un chapelet ordinaire)

Au début:

Notre Père qui es aux cieux, que Ton Nom soit sanctifié, que Ton Règne vienne, que Ta Volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour, pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés, et ne nous soumets pas à la tentation, mais délivre-nous du Mal. Amen.

Je Vous salue, Marie, pleine de grâce, le Seigneur est avec Vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de Vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous, pauvres pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort. Amen.

Je crois en Dieu, le Père Tout-Puissant, Créateur du ciel et de la terre. Et en Jésus-Christ, son Fils unique, notre Seigneur, qui a été conçu du Saint-Esprit, est né de la Vierge Marie, a souffert sous Ponce Pilate, a été crucifié, est mort et a été enseveli, est descendu aux enfers. Le troisième jour est ressuscité des morts, est monté aux cieux, est assis à la droite de Dieu le Père Tout-Puissant, d’où Il viendra juger les vivants et les morts. Je crois en l’Esprit Saint, à la sainte Eglise catholique, à la communion des saints, à la rémission des péchés, à la résurrection de la chair, à la vie éternelle. Amen.

Sur les gros grains une fois:

Père Eternel, je T’offre le Corps et le Sang, l’Ame et la Divinité de Ton Fils bien-aimé, notre Seigneur Jésus-Christ, en réparation de nos péchés et de ceux du monde entier.

Sur les petits grains, 10 fois:

Par Sa douloureuse passion, sois miséricordieux pour nous et pour le monde entier.

Pour terminer, 3 fois:

Dieu Saint, Dieu Fort, Dieu Eternel, prends pitié de nous et du monde entier.

Imprimatur: Franciszek cardinal Macharski Cracovie, le 28 août 1998

Le Rosaire de la Sainte Vierge Marie 

Le saint pape Jean Paul II disait qu’il « est plus que jamais urgent que nos communautés chrétiennes deviennent d’authentiques écoles de prière. » La méditation des mystères du Rosaire peut nous y conduire en nous aidant à faire une contemplation des mystères du Christ, afin que toute notre vie s’imprègne de sa vie.

Le Rosaire, c’est le « résumé de l’Evangile », qui doit nous conduire à former le Christ en nous, à progresser dans la sainteté. Comme le disait le Père de Montfort, c’est par Marie, que nous allons le plus sûrement à Jésus.

La récitation du Rosaire comporte l’énonciation du mystère, que l’on peut méditer avec le petit texte de la parole de Dieu et le petit commentaire, qui le suit. On peut faire quelque instant de silence pour que notre imagination, notre cœur contemplent le mystère, puis on récite le ‘Notre Père’, suivi, des dix ‘Je vous salue Marie’, ‘d’un Gloire au Père ’ et enfin éventuellement de la prière de l’ange à Fatima : O mon bon Jésus, pardonnez tous nos péchés, préservez nous du feu de l’enfer et conduisez au ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre sainte miséricorde.

Méditation des mystères Joyeux

(le lundi, le samedi)

1. L’Annonciation

Marie dit: « Je suis la servante du Seigneur; qu’il me soit fait selon ta parole. » (Lc 1,38)

Toute l’histoire de l’humanité attend, comme suspendue au « oui » de Marie. Par son « fiat », elle nous ouvre les portes du salut. L’orgueil d’Eve avait conduit le monde au péché, alors que l’humilité de la Sainte Vierge Marie ouvre le monde à la grâce de l’amour rédempteur. Sans l’humilité, pas d’amour ; sans amour, pas de salut, mais le péché qui conduit à la mort.

Demandons à Dieu un cœur plein d’humilité pour accueillir le divin Fils.

Prions tout spécialement pour les pécheurs, afin qu’ils ouvrent humblement leur cœur à Dieu.

2. La Visitation

« Il s’est penché sur son humble servante » (Lc 2,48)

Marie, dans sa grande charité, visite sa cousine Elisabeth, elle chante le Magnificat, la reconnaissance de la miséricorde de Dieu pour son peuple. Le Sauveur visite le Précurseur, qui tressaille d’allégresse dans le sein de sa mère. Dans son amour infini, Dieu vient visiter son peuple, pour le sauver du péché. 

Demandons au Seigneur de nous enflammer de cette charité, qui brûlait le cœur de Marie.

Prions tout spécialement pour les prêtres, qu’ils soient eux-mêmes des foyers ardents de la charité de Dieu, à l’exemple du Curé d’Ars capable d’atteindre les cœurs les plus froids.

3. La Nativité

« Le Verbe s’est fait chair et il a demeuré parmi nous. » (Jn 1,14)

Dieu s’est fait homme dans l’humilité de la crèche pour terrasser le démon dans son orgueil. Il s’est abaissé dans l’humanité, lui qui est riche de sa divinité. Il repose dans la mangeoire lui qui se donne en nourriture, pour nous combler de son amour divin.

Demandons au Seigneur de nous donner son esprit de pauvreté, pour accueillir l’Enfant Dieu

Prions pour notre monde loin de la crèche, assoiffé du pouvoir d’Hérode, afin que, comme les mages, l’humanité vienne s’incliner devant le seul Roi, celui qui règne éternellement.

4. La Présentation de Jésus au Temple

« Cet enfant amènera la chute et le relèvement d’un grand nombre. » (Lc 2,34)

Jésus est le Chemin, la Vérité et la Vie. Nul ne peut connaître la vie sans passer par lui. Il n’y a pas d’autre nom par lequel nous pouvons être sauvé. Marie y est tout associé à cet évènement, puisque Siméon lui révéla sa mystérieuse union de souffrance au mystère du salut de son Fils.

Demandons au Seigneur cette docilité à la sainte volonté de Dieu, en participant d’un même cœur au mystère du salut.

Prions pour les évêques, les prêtres, les diacres, les laïcs, qui exercent des responsabilités dans l’Eglise, afin que tous demeurent fidèles à l’enseignement du Magistère de l’Eglise.

5. Le Recouvrement de Jésus au Temple

« Ne saviez-vous pas que je dois être aux affaires de mon Père ? » (Lc 2,49)

Les parents cherchent Jésus. Mais, Jésus ne peut se trouver qu’en cherchant Dieu, car il est venu faire la volonté du Père. Tout le mystère de son Incarnation rédemptrice réside dans la volonté du Père.

Demandons au Seigneur de rechercher inlassablement Dieu, même dans les choses les plus ordinaires de la vie.

Prions tout spécialement pour les laïcs, qui vivent leur vocation baptismale dans le monde, afin qu’ils recherchent « le règne de Dieu précisément à travers la gérance des choses temporelles qu’ils ordonnent selon Dieu. » (LG 31)

Méditation des mystères Lumineux

(le jeudi)

1. Le Baptême de Jésus au Jourdain

« Tu es mon Fils, moi, aujourd’hui, je t’ai engendré. » (Lc 3,22)

Le Père a mis tout son amour en lui, puisque sans cesse il reçoit tout du Père, au point d’en partager sa divinité. Ainsi en donnant son Fils, le Père a tout donné, il ne pouvait donner plus que lui. Dans la grâce, nous sommes engendrés en tant que fils adoptifs. La foi, nous conduit à recevoir sans cesse du Père, par le Fils, dans le Saint Esprit.

Demandons au Seigneur par Marie, de renouveler sans cesse le « oui » de notre baptême, qui nous fait fils dans le Fils.

Prions tout spécialement pour tous les enfants baptisés, les catéchumènes, les néophytes, afin que le Seigneur les aide à vivre fidèlement les engagements du baptême, à vivre pleinement la filiation dans la grâce. 

2. Les Noces de Cana

« Tout ce qu’il vous dira, faites-le. » (Jn 2,5)

Marie, toute à l’écoute de son Fils, sait qu’il ne peut y avoir rien de bon sans sa volonté. Marie ne peut nous proposer de meilleure voie que celle de son Fils. Elle ne cesse de le montrer, de le donner, parce qu’il est le véritable trésor de l’homme, celui qui change l’humanité pécheresse en humanité divinisée par la grâce, comme il a changé l’eau en vin.

Demandons lui d’être fidèle à la volonté du Christ, lui qui donne le bon vin au festin des noces du Royaume des cieux.

Prions spécialement pour les jeunes époux, les familles et notamment pour celles qui sont déchirées. Prions pour que les foyers puissent vivre pleinement le sacrement du mariage, de l’amour infini et plénier du Christ pour son Eglise.

3. L’annonce du Royaume de Dieu

« Qui croit au Fils a la vie éternelle ; qui refuse de croire au Fils ne verra pas la vie. » (Jn 3,36)

Notre vie terrestre est un long pèlerinage, où la conversion est l’affaire de notre vie, puisque la sainteté est l’unique nécessaire. Toute notre vie doit se résumer à cette recherche inlassable de la sainteté, qui est le vrai bonheur. Et il n’y a pas de sainteté sans conversion, sans humilité, car il n’y a pas de sainteté sans amour. Tout le reste, sans la sainteté, ne sert à rien.

Demandons au Seigneur de faire de la sainteté l’unique priorité de notre vie, comme ce le fut pour la Sainte Vierge Marie.

Prions pour tous les chrétiens du monde entier, afin qu’ils découvrent que la sainteté est l’unique nécessaire de leur vie, la mission essentielle de l’Eglise, sans laquelle le reste n’a pas de sens.

4. La Transfiguration de Jésus

« Celui-ci est mon Fils bien-aimé ; écoutez-le. » (Mc 9,7)

Qui écoute le Fils, écoute le Père ; qui met en pratique les commandements de Dieu sera lui aussi transfiguré de la lumière du Saint Esprit. Pour parvenir à la sainteté, il faut vivre les commandements du Christ. Il n’y a pas de vie chrétienne sans les commandements, qui se résument dans l’amour de Dieu et de son prochain comme soi-même. 

Demandons au Seigneur une plus grande fidélité à son enseignement, lui qui est le seul chemin qui nous conduit au Père.

Prions tout spécialement pour que tous les chrétiens vouent un attachement indéfectible au Saint Père, Vicaire du Christ, comme des fils attachés à leur père, envers celui qui est chargé de conforter le troupeau du Christ dans la foi.

5. L’Institution de la Sainte Eucharistie

« Qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi et moi en lui. » (Jn 6,56)

Le divin Corps du Seigneur est le sacrement de l’amour de Dieu qui n’a pas voulu nous laisser orphelin. Qui s’approche avec respect et profonde adoration recevra la nourriture du soldat du Christ pour la longue et difficile route de la sainteté. Qui s’offre en offrande dans la divine offrande du Fils au Père dans le Saint Esprit, partagera la plénitude d’amour de la Très Sainte Trinité et gouttera, dans la foi, ce qu’il vivra dans l’éternité.

Demandons au Seigneur une plus grande ferveur dans l’offrande au Saint Sacrifice de la Messe et une plus profonde adoration au Saint Sacrement, nourriture de nos âmes.

Prions tout spécialement pour les prêtres, afin qu’ils vivent plus pleinement ce qu’ils célèbrent et deviennent des images vivantes du Christ, qui donne Dieu aux âmes.

Méditation des mystères Douloureux

(le mardi, le vendredi)

1. L’agonie de Jésus au Jardin des Oliviers

« Mon âme est triste à en mourir, demeurez ici et veillez avec moi. » (Mt 26,38)

Son âme subit les tourments les plus effroyables : un Dieu infini d’amour, qui prend tous les péchés de tous les hommes de tous les temps, objet de la pire des souffrances qui soit. Comme le dit saint Paul, il s’est fait péché pour nous inonder de son amour, seul médicament contre le péché.

Demandons au Seigneur d’avoir horreur du péché et un grand désir se s’unir à Jésus dans son agonie, nous poussant à nous jeter au pied du prêtre pour confesser ce qui offense l’amour miséricordieux.

Prions tout spécialement pour les pécheurs endurcis, afin que leur cœur se laisse toucher par l’amour infini du Christ miséricordieux.

2. La Flagellation de Jésus

« Les hommes qui le gardaient le bafouaient et le battaient. » (Lc 22,63)

Jésus a subi les plus terribles souffrances dans sa chair d’homme, concentrant sur lui toutes les horreurs du péché des hommes de tous les temps. Ainsi, nul ne peut dire qu’il a plus souffert que lui, y compris dans sa chair. Pensons que le moindre péché est un coup de fouet qui frappe son corps tout ensanglanté et buriné par les lanières de cuirs et de fer des fouets des soldats. Tout cela, il le subissait sans souffler le moindre mot. Il était comme l’agneau qui se laisse conduire à l’abattoir.

Demandons-lui de nous unir davantage à lui dans sa Passion. Demandons à la Sainte Vierge, comme le faisait le saint Curé d’Ars, d’offrir au Père éternel son divin Fils sanglant. A chaque fois qu’il avait obtenu une grâce, il l’avait demandée de cette façon. 

Prions tout spécialement pour les malades, ceux qui souffrent dans leur corps, afin que leurs souffrances unies à celles de Jésus deviennent des moyens de leur propre salut, ainsi que celui du monde.

3. Le Couronnement d’épines de Jésus

« S’agenouillant devant lui, les soldats se moquèrent de lui et, crachant sur lui, ils prenaient le roseau et en frappaient sa tête. » (Mt 27,29)

Non seulement sa chair subit les coups de fouets, mais aussi il endura les outrages des soldats. Combien d’injures, de moqueries souffre-t-il lorsque nous péchons contre la charité, nos petits reniements, lorsque nous l’abandonnons dans la prière, dans le tabernacle, lorsque nous refusons notre amour à notre frère qui attend un geste d’amitié de notre part ? « Ce que vous avez fait à l’un de ces petits, qui sont les miens, c’est à moi que vous l’avez fait ! »

Demandons au Seigneur d’unir à lui toutes nos souffrances, nos contrariétés, à ces moments tragiques où son âme avait à porter tant de tourments.

Prions tout spécialement pour tous les chrétiens persécutés dans le monde à cause de leur foi, aussi bien ceux qui risquent leur vie, que ceux, dans notre monde occidental, qui rencontrent tant d’hostilités de la part de chrétiens, qui ne professent plus la vraie foi catholique, mais qui se sont laissés conquérir par les idées du monde.

4. Le Portement de la Croix

« Filles de Jérusalem, ne pleurez pas sur moi ! Pleurez plutôt sur vous-mêmes et sur vos enfants ! » (Lc 23,28)

Celui qui ne veut pas porter sa croix ne peut prétendre être le disciple. La Croix est le chemin, la victoire contre le redoutable cancer qu’est le péché. On ne peut éviter celle-ci. C’est l’unique chemin de salut. Il nous faut sans cesse braver le péché, qui nous accable, s’unir à la Croix de Jésus pour triompher avec lui. Notre vie chrétienne s’éclaire dans le mystère de la Croix, qui n’est autre que l’amour infini de Dieu portant le péché pour le détruire dans le creuset de la mort. L’amour doit triompher de la mort et cela se fait dans la Croix. Il nous faut la porter avec courage, subir toutes les épreuves dans la foi.

Demandons à Jésus de nous imprégner de cet esprit d’amour qui nous fait supporter le fardeau de la Croix pour triompher avec le Christ.

Prions tout spécialement pour notre Saint Père le pape, qui porte la Croix si lourde sur ses épaules, cette croix d’un monde qui refuse la vie pour faire régner une culture de mort.

5. Le Crucifiement

« Père en tes mains, je remets mon esprit. Ayant dit cela il expira. » (Lc 23,46)

Voilà le cœur de notre foi, voilà le triomphe de l’amour ineffable du Seigneur contre les puissances des ténèbres. La Croix, c’est le salut, mais aussi la révélation d’un Dieu d’amour qui a choisi l’arme la plus redoutable auxquelles les puissances de l’enfer n’y peuvent rien, terrassées dans leur orgueil, par l’amour miséricordieux. La Croix nous plonge dans les entrailles de Dieu qui se donne à profusion sans compter, car une seule goutte aurait suffit au salut de tous, mais Dieu a voulu aller jusqu’au bout. La Croix répare et satisfait à l’injustice commise contre Dieu, et livre à flots l’amour qui nous fait fils de Dieu.

Demandons au Seigneur une profonde union à ce grand mystère clé de notre foi, notamment lorsque nous participons au Saint Sacrifice de la Messe, afin que notre vie puise à la source de celui a vaincu le monde.

Prions tout spécialement pour les prêtres et les vocations sacerdotales, afin qu’ils soient une incarnation vivante de la Croix, où Jésus réconcilie le monde avec Dieu.

Méditation des mystères Glorieux

(le mercredi et le dimanche)

1. La Résurrection de Jésus

« Je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu. » (Jn20,17)

La foi dans le Christ ressuscité est le don que le Seigneur nous donne le jour de notre baptême. En ressuscitant, Jésus nous ressuscitera avec lui pour la vie éternelle. Nous vivrons inlassablement de son amour. Cette foi nous devons sans cesse la demander au Seigneur, car, sans cesse, nous devons nous abandonner en lui, déposer notre confiance en son amour. Le Christ a vaincu le monde, rien ne peu plus nous arriver. Notre foi doit nous conduire à tout faire reposer sur lui.

Demandons-lui l’augmentation de notre foi.

Prions tout spécialement pour les jeunes, afin qu’ils découvrent ce précieux cadeau de Dieu et que leur vie prenne réellement un sens, habitée de la présence de Dieu.

2. L’Ascension de Jésus au ciel

« Celui qui vous a été enlevé, ce même Jésus, viendra comme cela, de la même manière dont vous l’avez vu s’en aller vers le ciel. » (Ac 1,11)

En remontant vers le Père, Jésus part nous préparer une place auprès de lui. Notre vie ne s’arrête pas sur cette terre. Le but, c’est le ciel. Nous devons désirer ardemment le ciel, notre vraie patrie, faite pour l’homme réconcilié avec Dieu. Ici-bas, sur cette terre, nous ne sommes que des étrangers, tenus de préparer notre ciel. Notre monde actuel est pleinement étranger à cette vérité. Le monde veut arracher toute espérance dans le cœur de l’homme pour ne lui laisser que cette palette de plaisirs terrestres incapables de combler son cœur.

Demandons au Seigneur de fortifier notre espérance, ce désir du ciel, de Dieu, qui veut nous faire vivre de son amour. 

Prions tout spécialement pour tous ceux qui veulent mettre fin à leurs jours, tous ceux qui ne recherchent que les plaisirs de cette terre, pour tous ceux qui n’ont plus d’espérance, afin que le Seigneur les éclaire de sa lumière, lui le Bien suprême.

3. La Pentecôte

« Vous allez recevoir une force, celle de l’Esprit Saint qui descendra sur vous. Vous serez alors mes témoins jusqu’aux extrémités de la terre. » Ac (1,8)

Le Saint Esprit est notre hôte. Il nous conduit à accepter la grâce, qu’il nous donne par les mérites de la Passion et la Résurrection de Jésus. Il est l’âme de la Sainte Eglise, il est celui qui conduit à la plénitude de la vérité embrassant le mystère de la foi, nous plongeant dans l’abîme incommensurable de l’amour trinitaire.

Demandons au Seigneur le Saint Esprit ; Seigneur envoie-nous le Saint Esprit, pour éclairer nos âmes, les brûler du feu de ton amour. 

Prions tout spécialement pour la paix dans le monde, comme nous l’invite fortement le Saint Père, car c’est le Saint Esprit qui seul peut donner l’unité de l’amour, conduisant à une vraie paix, fruit de la justice et du pardon.

4. L’Assomption au ciel de la Sainte Vierge Marie

« Désormais, toutes les générations me diront bienheureuse, car le Puissant fit pour  moi des merveilles. » (Lc 1,48-49)

Marie est montée en son corps et son âme au ciel, car elle ne fut pas marquée par le moindre péché. Elle est l’Immaculée Conception. C’est en raison de cela, que son corps ne pouvait connaître la corruption. C’est notre Refuge très sûr ; en elle nous avons une Mère, qui n’a d’autre but que de nous conduire à son Fils. Elle nous précède dans la gloire de Dieu. 

Demandons-lui de pouvoir vivre cette vie tout attachée à Jésus, fondant notre vie sur lui, notre seul vrai Bien ; nourrissons notre dévotion envers cette Mère très pure, qui nous aidera à l’heure de notre mort à nous préparer pour la rencontre avec le divin Epoux.

Prions tout spécialement pour les mourants, pour les âmes du Purgatoire, spécialement celles qui sont les plus délaissées, afin que le Seigneur brille à leurs yeux à tout jamais.

5. Le Couronnement de la Sainte Vierge Marie

« Un signe grandiose apparut au ciel : une Femme ! Le soleil l’enveloppe, la lune est sous ses pieds et douze étoiles couronnent sa tête. » (Ap 12,1)

Marie, Reine du ciel, est couronnée par son Fils dans le ciel, où elle trône avec lui. En recevant la couronne de gloire, elle devient la créature la plus élevée dans le ciel, qui veille sur chacun de nous, puisqu’elle est notre mère, que Jésus nous a donnée au pied de la Croix. Elle nous invite à la persévérance, sûr que déjà le Christ a vaincu le monde. « Celui qui aura tenu jusqu’au bout, celui-là sera sauvé ! »

Demandons à Marie la grâce de persévérer dans la foi, dans le combat spirituel sur cette terre, de former le Christ en nos cœurs, afin qu’à maturité le Seigneur puisse cueillir la récolte.

Prions tout spécialement pour les familles, tant éprouvées, qu’elles trouvent en Marie, le refuge très sûr, le manteau protecteur, la mère fidèle, qui aide ces cellules de base, vitales à l’épanouissement de l’homme, à vaincre les assauts de l’Adversaire.

Cliquer sur le : Le chemin de Croix