Bienvenue

A la une

Commentaire du jour

Commentaire de l’Evangile du Jour (9 Août 19ème dimanche du Temps Ordinaire) de l’Abbé Thierry Delumeau :

« Confiance ! c’est moi ; n’ayez plus peur ! » (Mt 14,27) dit Jésus. La parole de Jésus se veut rassurante, puisqu’elle invite à la confiance. La barque des disciples est battue par des vagues en raison des vents contraires. C’est la barque de l’Eglise voguant aux cours des siècles qui semble battue par des vagues soulevées par des vents contraires, au point qu’à certains moments, elle semble chavirer par la force des vagues et des vents. Or, Jésus est là. Il invite à la confiance, comme si les tempêtes n’avaient aucune importance. Il marche sur les eaux, lui qui a tout pouvoir, y compris sur les puissances des ténèbres, lesquelles gisent dans les eaux de la mer pour la Sainte Ecriture, et voilà que les disciples ont peur. Ils le prennent pour un fantôme, alors que c’est leur maître qui vient à leur rencontre. Dans les moments troubles, Jésus nous invite à la confiance, car, bien qu’apparaissant absent pour l’homme de peu de foi, il est là, il n’abandonne pas la barque, et en montant dans celle-ci le calme revient, les vents contraires cessent. Là, ce ne sont plus les vents contraires extérieurs à nous-mêmes, ceux du monde qui demeureront jusqu’à la consommation des siècles, ce sont plutôt les vents contraires dans nos coeurs, ceux, qui finalement sont bien plus redoutables que ceux que nous voyons dans le monde, car le mystère du salut se passe dans nos coeurs. Autrement dit, ce n’est pas d’abord par un triomphe apparent de l’Eglise sur l’esprit de ce monde que le Seigneur opère pour vaincre le mal, le prince des ténèbres, mais c’est par un combat dans nos coeurs avec la grâce de Dieu que le Christ chasse les vents contraires et donne la paix. Pierre en est le premier à en faire l’expérience, lorsqu’il demande à Jésus de venir à lui. Tant qu’il regarde Jésus tout se passe bien, il marche sur les eaux à la rencontre de son maître, mais dès qu’il entend et voit la force du vent, il prend peur et commence inéluctablement à s’enfoncer. Autrement dit, tant que l’on fixe son regard sur le Christ, nous marchons au milieu des combats, gagnant contre les forces adverses, mais dès que l’on cesse de regarder le Christ pour nous tourner vers les forces du vent de ce monde, la peur et le doute envahissent notre coeur. Jésus repêche Pierre en le saisissant par sa main et lui reproche son manque de foi. Le disciple du Seigneur n’a donc rien à craindre tant que son coeur se tourne vers le Seigneur pour faire sa volonté, s’appuyer sur lui. Il est à l’abri de la peur, du doute, des ténèbres. Mais si son coeur cesse de se focaliser sur Jésus, le combat devient trop rude pour lui, il est au-delà de ses forces, il ne peut que s’enfoncer, douter, chuter. On ne peut donc vaincre sans le Christ. L’ennemi est sans réel pouvoir sur le disciple fidèle. Les saints de tous les temps, à commencer par la Vierge Marie, nous montre qu’une fidélité sans faille, solidement accrochée à son rocher qu’est le Christ, la victoire ne peut être que totale. Il n’est donc pas étonnant à une époque si troublée que fut la première moitié du XXème siècle, dans l’entre deux guerres des années trente, Jésus invite par son instrument qu’est sainte Faustine, dans un pays qui sera terriblement marquée par l’enfer des camps de la mort, à la confiance en lui. Le mal a et aura une fin. Quant au bien, il l’est pour l’éternité. « Jésus, j’ai confiance en Toi. »

Edito de la semaine

Reprise après la période de confinement. Merci de votre compréhension.

  Curé

P. Thierry Delumeau

9 rue de la Calabre 79400 Saint-Maixent l’école

Tél : 05 49 05 52 21

Port : 06 19 16 70 73

Courriel

  Secrétariat paroissial

9 rue de la Calabre 79400 Saint-Maixent l’école

Tél : 05 49 05 52 21

Courriel

  Permanences d’accueil

9 rue de la Calabre 79400 Saint-Maixent l’école

Tous les jours sauf dimanches et jours fériés de 10h à 12h.