Bienvenue

A la une

Édito de la semaine

Commentaire de l’Evangile du Jour (22 Novembre – Solennité du Christ Roi de l’univers) de l’Abbé Thierry Delumeau :

« Venez, les bénis de mon Père, recevez en héritage le Royaume préparé pour vous depuis la fondation du monde. » (Mt 25,34) dit Jésus à ses disciples. En effet, « Amen, je vous le dis : chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait. » (Mt 25,40). C’est clair, l’enseignement de Jésus montre avec évidence, sans aucune ambiguïté, que c’est la charité qui conduit au ciel, et que c’est l’absence de charité qui conduit à l’enfer : « Amen, je vous le dis : chaque fois que vous ne l’avez pas fait à l’un de ces plus petits, c’est à moi que vous ne l’avez pas fait. Et ils s’en iront, ceux-ci au châtiment éternel, et les justes, à la vie éternelle. » (Mt 25,45-46). La charité est la vertu théologale qui demeurera éternellement, la seule, puisque la foi et l’espérance cesseront dans l’au-delà, étant donné que nous n’aurons plus besoin de croire celui que nous verrons et d’espérer en celui que nous aurons. Or, nous ne cesserons d’aimer celui qui nous aime, et en l’aimant nous ne cesserons d’aimer nos frères comme nous-mêmes de l’amour que nous recevrons toujours de lui. Ainsi, ce qui caractérise par excellence le ciel c’est le règne de la charité, de l’amour. En ce jour, nous fêtons le Christ Roi de l’univers, celui qui institue sur la Croix son règne éternel d’amour. Paradoxalement, c’est dans sa mort qu’il instaure son règne éternel, lorsqu’une fois mort son coeur est transpercé par le glaive du soldat et que de son côté s’écoule le sang et l’eau, son amour miséricordieux qui donne naissance à son épouse la Sainte Eglise. En même temps, sa mort n’est pas le résultat d’une mise à mort (on ne tue pas le Christ, il donne sa vie), mais bien d’un don d’amour : « Ma vie, nul ne la prend, c’est moi qui la donne. » (Jn 10,18).

On veut saisir quelque peu le règne éternel du Christ Roi de l’univers, regardons son coeur transpercé, le Sacré Coeur, d’où jaillit la vie, car jaillit l’amour. On veut connaître quelque peu le ciel, regardons ce que le Christ nous donne à voir : « Chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait. » (Mt 25,40). 

Les saints, la Vierge Marie n’attendaient pas d’être au ciel pour vivre le ciel, ils le vivaient déjà ici-bas. Le ciel n’était pas pour eux une réalité virtuelle, une réalité intangible, inaccessible. Non, le ciel, c’était tout simplement pour chacun des saints le vécu de la charité, de l’amour, qui ne demandait qu’à se déployer dans l’éternité dans une grâce indicible. En quelque sorte, le ciel, le règne de Dieu est une concrétisation de la charité en acte : « C’est à moi que vous l’avez fait. » (Mt 25,40). L’espérance ne conduit pas seulement à une attente du ciel, mais aussi à vivre concrètement et à posséder, certes sous une forme imparfaite mais non pas moins réelle, le royaume de Dieu qui s’étend à chaque fois dans le monde lorsque la charité du Christ règne dans les coeurs. 

  Curé

P. Thierry Delumeau

9 rue de la Calabre 79400 Saint-Maixent l’école

Tél : 05 49 05 52 21

Port : 06 19 16 70 73

Courriel

  Secrétariat paroissial

9 rue de la Calabre 79400 Saint-Maixent l’école

Tél : 05 49 05 52 21

Courriel

  Permanences d’accueil

9 rue de la Calabre 79400 Saint-Maixent l’école

Tous les jours sauf dimanches et jours fériés de 10h à 12h.