Historique du sanctuaire

Agenouillée historique

Au cœur de la Gâtine, au sommet d’une petite côte, une chapelle isolée domine le coteau et la vallée du Thouet près de sa source : c’est la chapelle de Notre-Dame de l’Agenouillée sur la commune d’Azay sur Thouet en Deux Sèvres.

Un dimanche 8 septembre (fête de la nativité de la Vierge) vers 1550, la châtelaine de la Poupelinière,  se rendant à la messe paroissiale d’Azay sur Thouet fut abordée par une pauvresse qui lui demandait la charité. Emue de compassion la bonne châtelaine revint au château et servit elle-même la pauvre femme ; puis elle reprit en hâte le chemin de l’église. Mais, arrivée à 1500 mètres de l’église, elle entendit sonner l’Elévation.

Toute attristée, la dame se mit à genoux et demanda pardon à Dieu de son retard involontaire, prenant à témoin de sa bonne volonté la sainte Vierge dont c’était la fête. Relevant la tête, la noble dame aperçut devant elle la Vierge, mère de Jésus qui lui dit : « Regarde ma fille vers l’église tu verras d’ici la célébration du saint mystère. »

Emue, la châtelaine regarda et vit le prêtre élever l’hostie consacrée, l’autel illuminé et orné de fleurs et la foule prosternée dans l’église.

Puis la vision disparut.

A l’endroit même de l’apparition, la bonne châtelaine fit ériger une chapelle pour chanter sa reconnaissance. Elle y fit placer l’image de la sainte Vierge que l’on vénère encore aujourd’hui.

La première chapelle fut construite vers 1550 par Louise Estivalle, mariée à Michel Darrot, seigneur de la Poupelinière.

La première pierre de la chapelle actuelle à proximité de l’ancienne, qui était de l’autre côté de la route a été bénite en 1892. Monsieur le curé Bonneau fit construire le chœur et le transept sud.

L’abside du chœur reçut le vitrail, œuvre de Monsieur Denis de Nantes. ll représente Notre Dame de Pitié entourée de saint Jean et des saintes femmes. Il avait été offert par M. l’abbé Dru, curé de la paroisse. Puis les travaux furent arrêtés en 1902, faute de ressources. En 1913 la nef fut édifiée.

Le transept nord, le clocher ainsi que le calvaire furent construits par Monsieur le curé Muratet, curé d’Azay de 1919 à 1954 ; celui-ci fit exécuter également les quatre vitraux du chœur par le maître verrier, Georges Merklen,  illustrant parfaitement l‘origine et le nom de la chapelle.