« Me voici »

En ce dimanche 10 octobre, ensoleillé, même si nos coeurs étaient lourds des horreurs révélées par le rapport de la CIASE, à l’appel de leur prénom par Bernard, le pappy de l’aumônerie paroissiale, Angélys, Caroline, Emma, Paul, Noah, Léandre et Félix se sont avancés et chacun, d’une voix ferme ou plus tremblante a prononcé ces mots « me voici ».

C’est l’Eglise qui les appelle à recevoir le sacrement de confirmation et ils manifestent ainsi devant l’assemblée des baptisés, l’Eglise au sens premier du terme, leur acceptation.

Baptisés, admis à l’Eucharistie ils ont demandé à recevoir le troisième sacrement de l’Initiation chrétienne qui les fera « adultes dans la foi » mais des adultes qui demeureront toujours en croissance jusqu’à la pleine rencontre avec Dieu.

Leurs âges sont différents, leurs parcours aussi, mais tous ont mûri leur choix, même si la pandémie est venue perturber leur préparation.

C’est l’occasion de remercier les responsables et accompagnateurs de l’aumônerie qui ont dû jongler avec les protocoles et contraintes sanitaires, et en particulier nos « grands jeunes » qui malgré des études prenantes, parfois loin du Poitou sont toujours présents. Ils ont de plus animé la célébration par leurs talents musicaux et remis aux nouveaux confirmés les écharpes rouges venues remplacer les écharpes blanches rappelant l’aube baptismale. Leur dynamisme a porté l’ensemble de la célébration, une célébration priante, chaleureuse mais emprunte de retenue. La triste actualité nous y poussait.

Mgr Wintzer, dans son homélie*, Qu’il est difficile à ceux qui possèdent des richesses d’entrer dans le Royaume de Dieu,  n’a pas caché son trouble profond face à l’étendue des crimes commis dans l’Eglise de France, le refus d’entendre la voix des victimes, la volonté de cacher le mal pour sauver la réputation de l’institution. Il a néanmoins conclu son propos par une parole d’espérance, suggérant que le « Jeune homme riche » parti tout triste s’est souvenu plus tard des paroles de Jésus et s’est mis à sa suite: « Il faut espérer ceci, il faut espérer pour cet homme, et pour chacun, aussi pour nous, lorsque nous pensons que nous sommes enfermés dans quelque chose qui nous emprisonne ».

Une bonne partie des fidèles rassemblés en ce dimanche est restée longuement à échanger sur le parvis, heureux de se retrouver et aussi de voir que des jeunes osent dire à Dieu « me voici » alors que tant de choses pourraient les en dissuader.

*Vous pouvez retrouver le texte de l’homélie en utilisant ce lien:  Homélie 10 10 2021

Quelques photos de ce grand moment pour les sept confirmés et pour la paroisse.

« Qu’il est difficile à ceux qui possèdent des richesses d’entrer dans le royaume de Dieu »

« Me voici »