Soeurs de la Sagesse

Communauté des sœurs de la Sagesse
Le projet d’une équipe des Amis de la Sagesse

La célébration du tricentenaire de l’arrivée de la Bienheureuse Marie-Louise Trichet à Saint Laurent-sur-Sèvres  déjà évoquée
via diverses manifestations organisées pour notre paroisse à l’initiative de sœur Madeleine par la communauté des sœurs
de la Sagesse de la Cueille Mirebalaise  s’est achevée le samedi 11 décembre par une 3ème visite guidée sur les pas
de la Bienheureuse Marie-Louise à Poitiers et du P. Louis-Marie Grignion de Montfort, à Notre-Dame la Grande
et à la cathédrale Saint Pierre-Saint Paul. C’est entre ces deux églises que Marie-Louise est née -près de Notre-Dame la Grande-
a été baptisée en l’église Saint Etienne (dont il ne reste qu’une porte), a participé aux messes de la Cathédrale dès 5 heures du matin.
Evoquant la vie de Marie-Louise, soeur Jeanne souligne sa « foi profonde » et la force qu’elle trouve dans la prière et
l’eucharistie pour accueillir les joies et les peines de la journée.

Cette foi profonde, qui déplace les montagnes débouchera sur six fondations à Poitiers : la chapelle et l’école de Montbernage,
l’établissement des Pénitentes, l’hospices des Incurables, l’Hôpital général, La communauté de la Cueille Mirebalaise et l’Institut de Larnay.

Au 18e siècle, de 1703 à 1759, les premières Filles de la Sagesse vivent en petites communautés, marquées par une vie de prière
et par des activités apostoliques : écoles, hôpitaux, maisons de charité. Au décès de Marie-Louise de Jésus, en 1859, il y a 35 communautés.
Passé le période extrêmement difficile de la Révolution française, au 19ème siècle, la congrégation poursuit son développement
dans les hôpitaux et l’éducation. Au début du XXIe siècle, les écoles sont retirées aux congrégations et les sœurs doivent aussi quitter
les hôpitaux, les amenant à partir vers d’autres pays, d’où un fort développement à l’international.
Malgré les deux guerres mondiales, les activités reprennent en France, toujours dans la santé et l’éducation.

Actuellement, la congrégation poursuit sa mission malgré une diminution de ses membres
et ouvre une nouvelle insertion missionnaire en Indonésie.

Sœur Jeanne souligne la ferveur de Marie-Louise qui, enfant, vivait à Poitiers et,
en dehors de l’école, passait beaucoup de temps en prières à Notre-Dame la Grande
et à la cathédrale Sant Pierre-Saint Paul. Si la mère de Marie-Louise est perplexe
devant sa fille « qui sourit toujours« , son père considère que « le Seigneur va faire de grandes choses par elle« .
Ce que ce tricentenaire confirme avec ce message de Marie-Louise Trichet toujours actuel :
«  ceux que le monde délaisse doivent vous toucher le plus » .

Pour permettre à des laïcs de vivre cette spiritualité, à la fin du siècle dernier sont nés les Amies de la Sagesse.
Le projet d’une équipe « Amies de la Sagesse » sur Poitiers est lancé sur Poitiers
avec une première réunion envisagée en janvier prochain.
Les personnes intéressées peuvent se manifester auprès de sœur Madeleine,
Communauté des sœurs de la Sagesse de la Cueille Mirebalaise.

Légende : Soeur Jeanne évoquant la vie de la bienheureuse Marie-Louise à Notre-Dame la Grande
et à la Cathédrale, au pied de la statut du P. Louis-Marie Grignion de Montfort.