Famille montfortaine à Montbernage Messe d’action de grâce pour Fr. René Heraud et le P. Olivier Maire

Texte & photo Pierre Arnault

C’est dans la chapelle de Montbernage à Poitiers, chargée d’histoire pour la Famille
mont-fortaine, qu’une messe en action de grâce a été célébrée pour Frère René Heraud, frère de Saint Gabriel, et Olivier Maire, provincial des Missionnaires montfortains de France, le 27 septembre par le P. Philippe Genty, vicaire général, curé de la paroisse de la Trinité avec les Sœurs de la Sagesse.

Au préalable, la vie des deux Montfortains a été évoquée par Jean-Claude Bourdier pour le pèlerinage montfortain,
et par le Frère Marcel Borreteau. Le P. Olivier Maire, assassiné en août 2021, a toujours orienté son action
et ses prières vers les plus démunis, que ce soit en Ouganda ou en France. Agé de 61 ans, il voulait être -et il était- proche des gens,
très à l’écoute. Il savait parler « des besoins d’espérance, du grain qui meurt mais ne reste pas seul, exprimer l’amour de Dieu
et du prochain« . Pour le P. Olivier Maire, « il y a toujours à partager, un sourire, un regard, une parole, un geste »
souligne Frère Marcel Barreau. A Saint Laurent-sur-Sèvres, en face des bâtiments de la Famille montfortaine, la municipalité a décidé qu’un square portera le nom d’Olivier Maire.

Pour Frère René Heraud, il y a eu aussi l’Ouganda et plusieurs établissements scolaires en France, dans le Massif Central et en Bretagne notamment. Il dégageait un grand charisme et savait donner confiance dans la vie à ses élèves. Chacun se souvient de son humour.
Arrivé dans la Vienne, il y a 22 ans, à Fontaine -le-Comte, il s’est engagé au Secours Catholique où il était très actif et très populaire jusqu’à son décès en 2020. Disposant d’un petit véhicule utilitaire, il était toujours là quand quelqu’un avait besoin d’un coup de main.
Maurice Sigoillot, aumônier du Secours Catholique précise : « pendant les voyages d’espérance, nous avons tous retenu sa phrase « je m’en occupe. Ne vous inquiétez pas !« . En fait, c’était ainsi tout au long de l’année !

L’un et l’autre ont vécu dans la logique des évangiles, à la suite de Jésus, dans la discrétion, proches des plus démunis et porteurs de l’Espérance du Christ. A leur exemple, dans la continuité du P. de Montfort, comme l’a relevé le P. Philippe Gentil, « dans un monde fragilisé, nous pouvons apporter notre pierre, être des germes d’espérance, donner un sens à notre monde ».

Légende : Le P. Philippe Gentil, vicaire général, curé de la Trinité, dans la chapelle de Montbernage, près de la statut du P. de Montfort et de l’icône de Marie-Louise Trichet.