De son jardin, Laurence partage sa confiance dans l’espérance avec ses voisins en jouant de l’accordéon

C’était le premier mercredi de confinement. «Un temps angoissant. J’ai regardé le, cerisier en fleur pour retrouver de la joie et j’ai dit à mon mari : «pourquoi pas un peu d’accordéon ?», explique Laurence Maury, catéchète de la paroisse Bienheureuse Marie-Louise et bien connue aussi pour ses talents d’accordéoniste lors de divers événements paroissiaux, comme, en février dernier, la Saint Valentin autrement. Et Laurence a joué, comme en témoigne la vidéo jointe.. Et les voisins ont apprécié, ont applaudi, ont souhaité que Laurence recommence. Il a été convenu que Laurence jouerait vers midi les mercredis, samedis et dimanches. «Je commence toujours par «Que ma bouche chante le Seigneur», dit Laurence, «c’est pour moi une façon de témoigner». Une voisine, veuve, seule, lui a dit « merci. Je sors sur ma terrasse pour vous entendre. Cela me fait du bien». Du côté jardin, Laurence est passée côté rue à la demande de voisins plus éloignés, parce que, via le réseau Facebook, une voisine éloignée lui a fait dire : «on ne vous entend presque pas !». Des gens ont dansé, d’autres ont chanté. Avec un engagement : «quand ce sera fini, on fera une fête des voisins». Laurence ajoute : «C’est en proximité que je partage ma confiance dans l’espérance, parce que c’est important de partager dans un contexte qui amène a beaucoup d’interrogations sur le monde. Traverser une épreuve amène forcément à changer. C’est le message du grand mystère pascal».