Vie de la paroisse Saint-Jacques en Gâtine

Le conseil pastoral paroissial, au cours de ses réunions du 25 septembre 2014, du 12 janvier, du 21 avril et du 22 septembre 2015 a discerné ce qui, dans les réalités humaines et ecclésiales de la Gâtine, interpellait les communautés chrétiennes et devait faire l’objet d’orientations pastorales pour les années à venir. Sa démarche a été d’abord de se mettre à l’écoute des différentes réalités humaines que vivent les gens, de repérer les défis à relever pour une vie meilleure, puis de se mettre à l’écoute du Christ qui veut le bonheur des hommes, pour mieux dessiner ensuite, à la lumière de notre foi, des orientations pastorales et missionnaires et enfin décider des objectifs pastoraux.

Projet pastoral de la paroisse Saint Jacques de Gâtine 2015-2020

I – A L’ÉCOUTE DES RÉALITÉS HUMAINES DE LA GÂTINE, LES DÉFIS A RELEVER.

a) La vie des familles

b) La pauvreté

c) Les exploitations agricoles

d) La vie à la campagne

e) Les entreprises

f) Les commerces

g) Les chômeurs

h) Les maisons de retraite

i) Les personnes en situation de handicap

j) La vie associative

k) Les jeunes

l) La vie en Église

II – A L’ECOUTE DU CHRIST ET DE SON EVANGILE.

Le regard de Jésus est un regard d’accueil, d’écoute, qui aime et ne juge pas.

Son regard redonne confiance en la vie.

Jésus rejoint les hommes dans le quotidien de leur vie.

La foi nous appelle à adopter le même regard d’amour du Christ pour le suivre, en aidant son frère.

Les défis à relever

III – DES ORIENTATIONS PASTORALES.

1 –  La solidarité :

2 – Les jeunes générations : familles et jeunes :

3 – Les personnes en situation de handicap :

4 – La formation :

5– Une Église proche.

– Des communautés chrétiennes ouvertes et enracinées dans la vie locale et dans la Parole de Dieu :

– Soutenir la vie paroissiale :

– L’accueil est primordial :

– Soutenir la vie des mouvements :

– Être attentif et participer aux événements culturels et locaux :

– L’information et la communication :

V – DES OBJECTIFS POUR L’ANNEE 2015-2016

-Les jeunes générations :

L’accueil :

La solidarité :

La communication :

I – A L’ÉCOUTE DES RÉALITÉS HUMAINES DE LA GÂTINE, LES DÉFIS A RELEVER.

a) La vie des familles

De nombreuses familles vivent avec un niveau social défavorisé.  Des personnes plus âgées sont en grande difficulté (souvent seules). Beaucoup de gens ne travaillent pas sur place, ils ne sont donc pas impliqués localement (cité dortoir). Une frange de la population déménage souvent. Flux de l’habitat : travail, collèges, lycées, les gens vont ailleurs, d’où une incidence sur la vie sociale des communes et sur la participation à la vie de l’Église. Il y a également de nombreuses familles recomposées ainsi que de familles monoparentales.

Les jeunes foyers s’impliquent ponctuellement lors de temps forts en lien surtout lorsque ceux-ci concernent leurs enfants. Peu de jeunes familles participent aux célébrations dominicales, il est noté aussi l’absence des enfants inscrits au catéchisme (Dans certaines communes, il n’y a plus d’enfants au caté). Peu de ces personnes sont membres des instances de décisions de la paroisse.b) La pauvreté

La pauvreté est présente : la solidarité existe dans de nombreuses communes, plusieurs associations aident les plus démunis : Croix Rouge, Secours Catholique, Secours Populaire, Restos du Cœur, Emmaüs… La ville de Parthenay abrite le siège départemental de la Banque Alimentaire.

Il y a des personnes qui se soignent mal, d’autres qui sont dépassées par les démarches administratives. Des retraités ont des difficultés pour boucler leur budget. La pauvreté n’est pas  seulement matérielle mais se révèle parfois dans l’attitude des personnes qui n’ont pas eu de repères.

c) Les exploitations agricoles

Le nombre d’exploitations agricoles est en baisse, cela donne place à de plus grosses exploitations mais entraîne la disparition des exploitations familiales. Il faut s’endetter toujours plus : isolement, contraintes administratives et sanitaires exagérées (« la mise aux normes « tue » le travail ») … La solitude se ressent chez certains. Élevage hors sol souvent en complément. Le conjoint a parfois son emploi à l’extérieur. Les fleurons de la Gâtine : label de la viande parthenaise exportée à l’étranger, les pommes, fromagerie… Certains agriculteurs sont en difficulté à cause du dérèglement du marché de la pomme (importations de l’étranger). Sur les marchés, de plus en plus de nouveaux jeunes producteurs locaux apparaissent : reconnaissance de l’authenticité de leurs produits et de leur travail. Exigence de qualité du côté du producteur et du consommateur. Une confiance se créée.

d) La vie à la campagne

Campagne = voiture. Manque de travail, manque d’entreprises. En contrepartie, il y a une qualité de vie.   Cela est vrai pour les aînés qui ont à leur disposition différents services qui permettent leur maintien chez eux : repas et aide à domicile…   Il y a un besoin de rencontres, il existe de plus en plus de randonnées, par exemple. La disparition des commerces a pour conséquence la détérioration du lien social (à la boulangerie ou autre magasin, on apprenait les nouvelles, on se rencontrait). Comment se rencontrer, recréer du lien intergénérationnel, des points de rencontre (peu de salles à la disposition des habitants, tout est payant, avec des contraintes de réservation et d’horaires) ? Un  désert médical s’installe peu à peu.

e) Les entreprises

Beaucoup d’artisans existent dans le territoire mais parfois peu d’entreprises sont présentes dans certains lieux, d’où l’obligation de se déplacer. Il y a des carrières importantes mais parfois en difficulté. D’autres entreprises sont aussi dans des situations difficiles. Suppression de nombreux postes à l’hôpital, en particulier des contrats non titularisés.  Projet d’un pôle de santé (Faye-l’Abbesse). Il y a des entreprises importantes qui ne font pas de bruit et fonctionnent très bien (comme l’entreprise de matériel aéroportuaire de St-Lin).

Accueil des étrangers pendant la cueillette des pommes (surtout des pays de l’Est), barrière de la langue.

Banque : avec la crise, difficulté d’obtenir des  prêts, manque d’humanité (première cause du frein économique) et pour les clients et pour les employés et pour les entreprises. Problèmes dus aux normes, aux contraintes administratives, absence du goût du risque et manque d’accompagnement au niveau bancaire.

f) Les commerces

De nombreux commerces ferment dans les centre ville et dans les bourgs ruraux (ou sont en grande difficulté, d’autres s’installent aussi), ils se sont déplacés autour des grandes surfaces. Cela pose question sur la manière dont nous consommons aujourd’hui. Cela modifie aussi les relations entre les gens (commandes par internet…), c’est un changement considérable. Recréer du contact entre les habitants, donner l’envie de la rencontre, cela pourrait aussi être une orientation du projet pastoral.

g) Les chômeurs

Des initiatives sont prises, souvent par des associations, pour permettre la réinsertion des personnes : chantiers d’insertion, jardins du cœur. (pour le nombre, se renseigner sur le site de l’I.N.S.E.E.).

h) Les maisons de retraite

Présence importante des personnes âgées avec de nombreuses maisons de retraite et de foyers logement. Beaucoup d’animation dans ces maisons. Elles sont source de travail (même s’il y a un manque de personnel) et de solidarité entre les personnes (accompagnement social,  aide à domicile). Mais il y a aussi beaucoup d’isolement (qui va voir ces personnes ?).  Accueil des personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer.

i) Les personnes en situation de handicap

A Parthenay (ville accessible), il y a une réalité incontournable : le monde des handicapés (handicap physique, psychique et déficience mentale). De nombreux établissements les prennent en charge. En rural, des personnes en situation de handicap sont  accueillies chez des personnes. Quelle présence d’Église auprès de ces personnes ?

j) La vie associative

Une vie associative très active contribue au lien social ; tissu associatif riche et varié dans de nombreuses communes.

Beaucoup de bénévoles y participent. Les associations se maintiennent mais s’essoufflent parfois, il n’est pas toujours facile de renouveler les anciens qui partent.

k) Les jeunes

Six collèges publics (Thénezay, Ménigoute, Mazières, Secondigny, deux sur Parthenay). Deux collèges privés (St Joseph à Parthenay et St Jo à Secondigny). Un lycée d’enseignement général (Pérochon à Parthenay), et un lycée d’enseignement professionnel (Les Grippeaux à Parthenay), Une MFR (à Secondigny). Les jeunes de Gâtine restent en général sur le territoire jusqu’à la fin des études secondaires. Il faut noter que certains d’entre eux partent sur d’autres lycées (Bressuire, Niort, Poitiers), pour choisir des filières qui ne sont pas proposées dans les lycées Gâtinais. Des jeunes qui sont très pris par les activités sportives ou culturelles. Il y a de nombreuses associations sportives et culturelles sur les différentes villes et villages. Pour certaines activités, il est nécessaire de se déplacer sur Parthenay ce qui engendre des temps de trajets (exemple, Thénezay – Parthenay = 20 mn). Les jeunes vivent dans l’instant présent, recherchent des sensations fortes. Il est difficile pour eux de s’inscrire dans la durée. C’est l’époque du « tout, tout de suite ». En général, les jeunes sont sensibles à l’injustice, ils peuvent se mobiliser pour des actions humanitaires, mais toujours dans un temps donné et court.

Les jeunes en Église :

-Deux collèges publics (Thénezay et Ménigoute), reçoivent une Aumônerie de l’Enseignement Public, pour les 6èmes. Les autres 6èmes se retrouvent au sein de leur fraternité ou en inter-fraternité. Un groupe de collégiens (5ème/4ème/3ème), pour la paroisse. Une aumônerie des lycéens. Un groupe de confirmands. Des mouvements : MEJ, Scouts et Guides de France, Guides et Scouts d’Europe, Katimavic (Club Caritas), M.R.J.C.

l) La vie en Église

Les Communautés Locales sont d’authentiques cellules d’Église. Messes des familles. Jeunes foyers préparant les temps forts vécus en fraternité. Absence lors des célébrations des personnes de moins de 65 ans et absence des enfants inscrits au catéchisme. Dans certaines communes, il n’y a pas d’enfants au caté. Vieillissement de la population, nos églises se vident. Les gens assistent aux sépultures (importance de passer par l’Église au moment de la mort). Peu de célébrations, difficulté ou de motivation pour rejoindre les autres chrétiens le dimanche (suivi de la messe à la télé et repli sur soi). Difficultés rencontrées pour constituer une équipe d’animation locale (les personnes ne se sentent pas concernées), ce qui provoque un essoufflement des personnes investies trop sollicitées.

Les défis à relever

– Le tissu social qui se défait engendre de la souffrance chez les gens : comment se rencontrer, recréer du lien intergénérationnel ?

– La pauvreté n’est pas que matérielle, elle peut être aussi morale. Est-on touché par la misère? Comment donner du sens, de l’importance aux vies les plus simples ?

– Se recentrer sur la qualité de vie en rural. Reconnaître la valeur du travail de chaque exploitant, un peu plus de justice.

– La vie des familles : Oser ensemble, avec les associations, avec les familles pour vivre ensemble plus de solidarité. Être plus attentif aux jeunes familles.

– L’Église enracinée dans la vie locale, engagée et proche des gens. Une Église plus communicante.

-Une vie chrétienne enracinée dans la Parole de Dieu et plus apte à témoigner. Besoin de se former. 

 – L’accueil est primordial.     

– Les jeunes : l’aumônerie est parfois vécue comme une « activité » en concurrence avec d’autres activités. La multiplicité des activités, entraînent des difficultés de déplacements, des difficultés pour trouver des jours et des horaires de rencontres. Des difficultés liées aux situations familiales, (monoparentalité, couples séparés/divorcés…). Une image de l’Église, de l’aumônerie, souvent « vieillotte ». Des difficultés pour les jeunes chrétiens de s’affirmer chrétien. La profession de foi est souvent vécue comme une fin.

II – A L’ECOUTE DU CHRIST ET DE SON EVANGILE.

Le regard de Jésus est un regard d’accueil, d’écoute, qui aime et ne juge pas « En débarquant, Jésus vit une grande foule. Il fut pris de pitié pour eux parce qu’ils étaient comme des brebis qui n’ont pas de berger» (Mc 6, 34).. Un regard non sélectif, bienveillant, humain (le Christ n’a pas peur de pleurer), plein de compassion et qui aide à se relever comme il l’a fait pour la femme adultère (Jn 8, 1-11). Le Christ a un regard aimant, comme le Père qui accueille son fils prodigue qui retourne à la maison (Lc 15, 11-32).  Pour lui, toute personne est aimée de Dieu, quelle que soit sa situation familiale, sociale ou religieuse.

Son regard redonne confiance en la vie. « Confiance, c’est moi, n’ayez pas peur!) (Mc 6, 50). « Confiance, lève-toi, il t’appelle ! » (Mc 10, 49). Il appelle, interpelle, fait bouger et met en route, en marche : «Les temps sont accomplis, le  règne de Dieu est tout proche.  Convertissez-vous et croyez à l’Évangile» (Mc 1, 15) ; « Laissant leurs filets, ils le suivirent » (Mc 1, 18).

Jésus rejoint les hommes dans le quotidien de leur vie. Il s’invite et ose la rencontre de toutes personnes comme il l’a fait avec la samaritaine : « Donne-moi à boire… Celui qui boira de l’eau que je lui donnerai n’aura plus jamais soif ; au contraire, l’eau que je lui donnerai deviendra en lui une source jaillissant en vie éternelle » (La samaritaine, Jn, 4, 14).

La foi nous appelle à adopter le même regard d’amour du Christ pour le suivre, en aidant son frère. L’Évangile encourage à aller vers son prochain. « En vérité, je vous le déclare, chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits, qui sont mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait » (Mt 25, 40).

III – DES ORIENTATIONS PASTORALES.

1 –  La solidarité :

Le tissu social est à renforcer et à développer là où il est de plus en plus fragile : s’intégrer à ce qui existe déjà, s’engager dans les diverses associations, se rencontrer, recréer du lien intergénérationnel, inventer des points de rencontre. Discerner les événements qui permettent de se retrouver et d’échanger. Oser aller vers l’autre. Proposer le covoiturage, le transport solidaire.  Aller chercher les personnes âgées isolées pour participer à la messe ou à d’autres activités. Lors de la distribution du journal « Chemin faisant … », « entrer » chez les personnes isolées. Sans oublier d’accueillir les étrangers pendant la cueillette des pommes.

Des migrants et des réfugiés arrivent dans notre pays et notre région, comment les accueillir ? Chaque communauté locale est invitée, avec le pôle charité, à réfléchir à la manière dont on peut les accueillir et les accompagner. Cela doit se faire en lien avec la municipalité et les associations.

Apporter un soutieN aux familles et aux personnes en difficulté, les orienter vers des personnes compétentes. Les valoriser en les sollicitant pour des services, les épauler en essayant de les guider vers les démarches adéquates.

Tout le monde agricole est à soutenir, y compris les producteurs locaux en achetant leurs produits. Que l’Église soit à l’écoute du milieu agricole. Soutenir les projets à taille humaine et respectueux de l’environnement. Favoriser le commerce et l’artisanat local.

Par notre vocation baptismale, nous sommes engagés au service de nos frères quels qu’ils soient,  cette mission est rappelée et portée par les pôles. Ils veilleront à se rencontrer régulièrement pour faire le point et prendre des initiatives.

2 – Les jeunes générations : familles et jeunes :

Nous rencontrons un bon nombre de jeunes familles dans la cadre de la préparation au baptême de leurs enfants, de la préparation au sacrement de mariage et aussi dans le cadre de la catéchèse des enfants. Nous en rencontrons également dans le cadre associatif, dans le voisinage, etc. Il y a urgence à aller à la rencontre de ces jeunes générations, il en va de la vitalité de l’Église. La vitalité de la foi des jeunes générations appelle le plus grand respect de leur pluralité, ils peuvent l’exprimer de façons différentes, notamment par leurs engagements. Comment envisager un accompagnement des personnes, des familles et des couples qui ont demandé et fait une démarche de vie chrétienne ? Les pôles « annonce de la foi » devront réfléchir à cette question.

Si les jeunes générations ne prennent pas le relais de la vie de l’Église, le risque est grand de voir disparaître la présence chrétienne en de nombreux endroits. Comment les impliquer dans la vie de l’Église sans penser qu’ils reproduiront exactement le même modèle que leurs aînés ? Susciter avec eux des groupes de paroles et d’autres projets en différents lieux de la paroisse pour qu’ils puissent croiser leurs expériences et leurs questions et envisager ensemble d’autres manières de vivre l’Église ?

Des jeunes se retrouvent en aumônerie, en mouvements. L’aumônerie est parfois le seul lieu, qui permet aux jeunes de s’exprimer sur leurs difficultés : un lieu d’écoute, de partage, de vie  chrétienne. Il est important pour eux, de se retrouver. La présence dans les collèges publics, est une chance pour accueillir des jeunes loin de l’Église. Témoigner d’une Église ouverte, accueillante, joyeuse. Articuler les temps forts et des temps ordinaires. Savoir accueillir l’autre, là où il en est. Annoncer l’Évangile, c’est d’abord partir de la vie de chacun. Cela demande quasiment un accompagnement personnalisé. Responsabiliser les jeunes : ils sont les premiers témoins de la foi auprès de leur génération. Il faut créer des liens avec les communautés locales, les fraternités, avec les pôles « prière » et « annonce de la foi ».

3 – Les personnes en situation de handicap : en Gâtine, beaucoup d’institutions ou de structures sont à leur disposition pour leur faciliter une bonne insertion dans la société. Dans la paroisse, des groupes existent (E.D.E.J.I., F.C.P.M.H.), d’autres seraient encore à créer pour qu’un plus grand nombre puissent avoir une vie d’Église plus soutenue, s’ils le désirent. Être attentif aux familles qui ont des enfants concernés et faire des propositions. Là aussi, il faut appeler des personnes pour les accompagner. Nous devrons veiller également à l’accueil de ces personnes dans la vie de nos communautés locales, à leur permettre de prendre toute leur place.

4 – La formation :

Beaucoup de personnes expriment un besoin de formation mais quand il y a des propositions, peu sont au rendez-vous ? Pourquoi ? Peur, Propositions non adaptées ? Des formations sont à prévoir en plusieurs directions :

-La Parole de Dieu : Il y a urgence à se mettre à son écoute pour mieux en vivre. La lecture continue de l’évangile de Saint Marc a enclenché une dynamique dans ce sens, elle est à soutenir et à renouveler. Il ne peut pas y avoir de vie spirituelle et missionnaire sans cet ancrage dans la Parole.

-La vie liturgique : le sens de l’eucharistie et des sacrements, les célébrations dominicales, l’animation des obsèques…

-Les jeunes familles : le parcours Évangile, Éducation, Pédagogie, le B’ABBA …

-Les questions de société… Notre façon de nous positionner comme chrétiens dans la société.

5– Une Église proche.

– Des communautés chrétiennes ouvertes et enracinées dans la vie locale et dans la Parole de Dieu :

Prendre conscience que la mission passe par la charité, la solidarité, le sens des autres et par le témoignage au milieu de tous. La vie de la communauté locale ne se limite pas à la seule dimension liturgique (même si celle-ci a une grande importance). Il faut aussi que, pour mieux témoigner, nos communautés locales découvrent ou redécouvrent l’importance incontournable de se nourrir de la Parole de Dieu : proposer sans se lasser la lecture personnelle et en groupe des Écritures, continuer ce qui est commencé avec Saint Marc, Saint Luc… Il faut ensemble trouver le chemin pour appeler des personnes pour devenir membres des équipes locales d’animation, cela demande de la patience, une manière d’appeler et beaucoup de foi et d’espérance !

– Soutenir la vie paroissiale :

Il faudra veiller également à ce que toutes les communautés locales trouvent bien leur  place  dans chaque  fraternité et  puissent  bien collaborer  entre  elles  et  de

même pour les fraternités au sein de la paroisse. Un temps fort paroissial liturgique ou autre pourra être proposé chaque année pour renforcer la dimension paroissiale.

Tous les deux ou trois ans, une fête paroissiale pourra être organisée pour permettre à l’ensemble des chrétiens des communautés locales, des mouvements     et autres groupes de se rassembler, de mieux se connaître et de vivre un événement ensemble.

– L’accueil est primordial :

Celui-ci se joue dans les relations quotidiennes et aussi dans tous les lieux d’Église qui sont à notre disposition (réunions, salles et églises…), en particulier les permanences dans les différents presbytères de la paroisse. Une grande attention est à apporter à toutes personnes qui se présentent pour une demande, une confidence, un renseignement. Une demande est souvent l’occasion de parler de sa vie et d’échanger…  Une formation dans ce domaine a déjà eu lieu, d’autres suivront.

– Soutenir la vie des mouvements :

De nombreux mouvements existent en Gâtine, ils ne sont pas toujours connus et ne se connaissent pas forcément entre eux. Ils ont beaucoup à apporter aux uns et aux autres, de par leur histoire, leur façon d’être présent dans la société et leurs méthodes et pédagogie. Il y aurait peut-être des initiatives à prendre pour les connaître et se découvrir entre eux.

– Être attentif et participer aux événements culturels et locaux :

Beaucoup d’initiatives sont prises dans toute la Gâtine sous forme d’animations, de festivals… Comment en tenir compte et faire le lien avec ce que nous vivons en Église ?

– L’information et la communication :

Il est souvent fait remarquer que la communication est difficile entre les personnes, entre les communautés, entre le conseil pastoral paroissial et les gens etc… Nous avons des moyens à notre disposition : le journal, le site internet,  les  mails …  Le  moment  est  venu  de créer une  petite  équipe pour faciliter la circulation des informations entre toutes les instances, les communautés et les personnes de la paroisse et pour coordonner les moyens de communication existant.

IV – DES OBJECTIFS POUR L’ANNEE 2015-2016

-Les jeunes générations : le conseil pastoral paroissial de janvier 2016 y consacrera du temps pour penser une démarche avec les jeunes eux-mêmes.

Des suggestions : retrouver les familles avec l’éveil à la foi des petits, le caté, les demandes de baptême et de mariage. Garder le contact avec eux après la célébration de ces sacrements. Oser aller vers eux, se mettre à leur portée. La communauté locale doit pouvoir les rencontrer gratuitement sans vouloir les « engager ». Prendre en compte leurs aspirations. Proposer une Église proche, enracinée dans la Parole. Il faut faire le lien entre la Parole de Dieu et ce qu’ils vivent. Faire le lien avec les mouvements.

L’accueil : dans chaque communauté locale, dans les fraternités et dans les mouvements, une réflexion sera menée pour voir comment mieux accueillir toutes les familles et les personnes. Être attentifs à leur demande et écouter ce qu’elles attendent.

La solidarité : dans chaque communauté, dans les fraternités et dans les mouvements : discerner toutes les occasions et tous les appels qui se présentent pour prendre part avec d’autres aux démarches de solidarité. En prendre l’initiative, après réflexion,  lorsque que cela est nécessaire.

La communication : en particulier entre communautés. Une « équipe communication » sera créée dès que possible.

Les communautés locales au sein de chaque fraternité sont appelées à discerner et à choisir, en fonction de leur situation et de leur expérience, ce qui, dans ces orientations, peut soutenir leur vie et leur action missionnaire. De même, les Mouvements et les services.

               En septembre de chaque année, le conseil pastoral paroissial choisira parmi ces orientations, un (ou plusieurs) objectif pour le mettre en œuvre au cours de l’année et en fera le bilan en fin de chaque année pastorale.  

Comptes-rendus de réunions, actions et projets divers

Printemps 2020; Covid 19; en paroisse, se soutenir dans la foi; cliquer ici

Préparer Pâques en paroisse dans le confinement; cliquer ici

4 décembre 2019; rencontre du temps de l’Avent; quelle Eglise voulons-nous?

14 novembre 2019; après-midi de formation à l’affichage dans les églises;

3 avril 2019; soirée de réflexion autour de la « Lettre au peuple de Dieu » (Pape François, aoüt 2018); cliquer ici

27 mars 2019; réunion des équipes d’animation de la fraternité de Parthenay; cliquer ici

11 mars 2019; formation à l’accompagnement des familles endeuillées; cliquer ici

19 janvier 2019; relecture des équipes d’animation; cliquer ici

23 septembre 2018; journée pastorale de la paroisse à Parthenay; cliquer ici

Résultats financiers de la paroisse pour 2018

Nous tenons à remercier tous ceux d’entre-vous qui soutiennent la mission de l’Église au sein de notre paroisse saint Jacques en Gâtine par leur engagement, leur prière et aussi par leur participation à sa vie économique.

Pour l’année 2018, comme pour l’année 2017, les résultats financiers de la paroisse sont excédentaires, ce qui n’était pas le cas des années précédentes. Ces résultats ont été obtenus grâce à une vigilance soutenue sur les dépenses (énergie, achats pour les différentes activités, abonnements, assurances, déplacements…) et sur les recettes (augmentation du denier de L’Église qui était en baisse les années passées, offrandes lors des diverses célébrations…)

Cet excédent permettra de continuer les travaux d’entretien et de mise en conformité de nos bâtiments (sécurité, accessibilité aux personnes en situation de handicap…) que nous avons répartis sur plusieurs années.

Chacune et chacun est appelé à contribuer, selon ses possibilités à la vie de l’Église. Des enveloppes bleues « Denier de l’Église » ont été distribuées dans les boites à lettres avec « Chemin Faisant… »; elles sont aussi à la disposition de tous dans les églises.

Avec notre sincère reconnaissance,

Père Gérard Mouchard, curé,

avec l’équipe pastorale et  le conseil paroissial des affaires économiques.

Nous tenons à remercier tous ceux d’entre-vous qui soutiennent la mission de l’Église au sein de notre paroisse saint Jacques en Gâtine par leur engagement, leur prière et aussi par leur participation à sa vie économique.

Pour l’année 2018, comme pour l’année 2017, les résultats financiers de la paroisse sont excédentaires, ce qui n’était pas le cas des années précédentes. Ces résultats ont été obtenus grâce à une vigilance soutenue sur les dépenses (énergie, achats pour les différentes activités, abonnements, assurances, déplacements…) et sur les recettes (augmentation du denier de L’Église qui était en baisse les années passées, offrandes lors des diverses célébrations…)

Cet excédent permettra de continuer les travaux d’entretien et de mise en conformité de nos bâtiments (sécurité, accessibilité aux personnes en situation de handicap…) que nous avons répartis sur plusieurs années.

Chacune et chacun est appelé à contribuer, selon ses possibilités à la vie de l’Église. Des enveloppes bleues « Denier de l’Église » ont été distribuées dans les boites à lettres avec « Chemin Faisant… »; elles sont aussi à la disposition de tous dans les églises.

Avec notre sincère reconnaissance,

Père Gérard Mouchard, curé,

avec l’équipe pastorale et  le conseil paroissial des affaires économiques.

En 2018, il a été fait appel à l’Église paroissiale pour:

  • 144 baptêmes
  • 33 mariages
  • 474 célébrations d’obsèques

Tableau de l’évolution du montant du Denier de l’Église et du nombre de donateurs et donatrices

Année Montant des dons Nombre de donateurs et donatrices
2016 159 108 € 1136
2017 150 449 € 1082
2018 154 277 € 1132

Comptes-rendus des réunions du Conseil pastoral paroissial

 

  • Formation affichage dans les églises (14 novembre 2019) : des avancées en certains lieux avec la présence d’une personne attentive à la tenue des panneaux.
    Au presbytère de Parthenay, un casier par fraternité est mis à disposition où récupérer les informations, comme la campagne du Denier de l’Église lancée ce mardi 11 février.
  • Une soirée avec les maisons d’Évangile (14 novembre 2019) : une relecture animée par Valérie Faugeroux et Alain François, une vingtaine de personnes présentes. Un nouveau groupe a été créé à Parthenay, issu du groupe synode.
  • B’Abba : Anniversaire des 10 ans au Tallud (30 novembre 2019). Un outil de première annonce dont chaque Fraternité peut bénéficier.
  • Noël dans nos fraternités : Messe avec les familles à Vasles, participation joyeuse et ambiance familiale. A Thénezay, beaucoup de jeunes familles. A Secondigny, catéchèse sur la lumière à transmettre, des enfants participatifs, à l’écoute. A Parthenay, premier Noël à Saint-Laurent, conte précédent la célébration, large participation. A Mazières, veillée animée par les enfants avant la messe.
  • Journée sur l’accueil du 27 janvier animée par Laurence Maury: être le visage du Christ, être reçu, écouté, reconnu et envoyé. 35 participants.
  • Suite à la journée sépulture de l’an dernier, création d’un livret de chants communs, suppression des feuilles de chants et apprentissage de chants/partage. Création d’ un livret de recueil de prières au cimetière à l’usage des familles et l’accueil des familles après la célébration.
  • La journée de la mission ouvrière à Chalandray portait sur l’orientation synodale vivre la fraternité qui témoigne de l’Évangile. La réflexion portait sur les familles, les autres religions, le travail et les personnes handicapées.
  • 1° février à Poitiers,  journée mondiale de la vie consacrée. Découverte des icônes comme invitation à vivre de la Parole de Dieu. Journée très fraternelle vécue dans la rencontre, l’écoute, la prière partagée et l’action de grâce.
  • Dimanche15 mars à l’église Saint-Laurent, rassemblement de la délégation des Deux- Sèvres de Lourdes Cancer Espérance.
  • Vendredi 27 mars, témoignage de la mission pastorale vécue en milieu carcéral à Vasles.
  • Lundi 30 mars, 10h-17h, journée des équipes du Rosaire à Saint-Loup sur Thouet.
  • Dimanche 5 avril, 9h-18h, journée des Rameaux avec les jeunes à Mazières en Gatine.
  • Jeudi 2 avril avec une journée sur la pastorale des funérailles avec la Parole de Dieu. Au Tallud, 9h30-16h30.
  • Jeudi 7 mai avec la famille Montfortaine, fête du tricentenaire de l’arrivée de Marie-Louise de Jésus à Saint-Laurent sur Sèvre, première fille de la Sagesse poitevine, Dépliant.
  • Mardi 26 mai à 20h, Châtillon sur Thouet, prochain Conseil Pastoral Paroissial.

Pour prendre connaissance du reportage photos de ce Conseil Pastoral, cliquer ici.

 

Selon le pape François, dans son encyclique Laudato Si, la maison commune réclame notre attention. Rappelons les pistes et réflexions évoquées lors du dernier conseil du 15 octobre :Moins de consommation papier, apporter ses couverts, éviter le plastique jetable, développer le covoiturage, recycler, trier, supprimer nos messages sur la boîte mails. La Création, le Créateur et les créatures sont liées.

Vidéo 1 Pourquoi l’Église s’ intéresse t’elle aujourd’hui à l’écologie ? Père André Talbot : L’Église vit dans le monde et l’humanité et partage les soucis des uns et des autres. La question est majeure. Nous recevons la nature comme création, comme don de Dieu sous un registre d’amour; c’est un don. Mais qu’en faisons-nous ? Allons-nous gaspiller ou alors bonifier ce don sous le mode de la gratuité pour que d’autres après nous puissent vivre ?
Nous sommes tournés vers un accomplissement, pas un anéantissement. Redécouvrir l’espérance dans un équilibre de vie entre nous et la Création. Sommes-nous sous le mode de l’Alliance ou de la possession?

Intervention du père Julien Dupont, membre de l’équipe diocésaine du synode, vicaire épiscopal et curé de la paroisse Saint Jacques des Hauts de Poitiers : Une question à la fois ancienne (Saint François d’Assise et Sainte Hildegarde de Bingen ) et nouvelle car abordée sous l’angle de l’articulation de l’aspect social et environnemental. Nature et société sont les deux dénominateurs communs d’une même crise. La problématique est à regarder selon les 3 dimensions des autres, de Dieu et de la nature. C’est un équilibre à trouver. (Document vert)

Vidéo 2 Comment l’Église s’engage t’elle sur les questions d’enjeux écologiques ? Clémence Pourroy : il s’agit d’une question abordée dans le cadre du Synode, dont la mise en oeuvre passe par

  1. un écodiagnostic clé en main au travers d’un questionnaire en vue d’établir un label Église verte (c’est un état des lieux des pratiques). 340 communautés ont ce label. (Document).
  2. une équipe missionnée .
  3. des réseaux sur qui compter.
    a: Nos découvertes, le label Église verte : La Création, don de Dieu, don d’amour. Nous devons être acteurs. La vie est fragile et précieuse, nous pouvons la renforcer par le respect de la Création et la transmission. Des actions doivent se  vivre en paroisse: l’Église s’engage et donne l’exemple. Nous sommes placés face au devoir de conserver et d’améliorer le don de la Création.  Nous avons mis du temps pour en prendre conscience.
    Des gestes simples se réalisent de plus en plus, au quotidien, pour être Église verte, et qui correspondent à une prise de conscience. On ne nous propose pas une écologie radicale mais une écologie réfléchie, en accord avec l’homme.b- Les pistes d’action : Sensibiliser les écoles catholiques de la paroisse en vue de la rentrée pastorale du 20 septembre. Avons-nous besoin de toutes nos églises, étant donné l’impact ? L’usage du chauffage et de l’éclairage pourrait être amélioré. Renouveler le cierge pascal tous les ans est-il nécessaire ? Faire un meilleur tri dans les déchets de nos églises : fleurs, papiers, cierge.

Pistes pour sensibiliser les communautés locales, les mouvements et groupes :

  • Jeudi 16 avril 2020 à Secondigny, constitution d’un comité de pilotage pour réfléchir au contenu de la fête paroissiale.
  • Nous privilégierons les produits locaux.
  • Le journal Chemin Faisant est emballé dans du plastique. La dématérialisation n’est pas si écologique qu’on pourrait le penser.
  • Les enjeux touchent à la sauvegarde culturelle et du patrimoine en particulier.
  • Nous sommes appelés à sensibiliser en montrant l’exemple aux générations nouvelles.
  • Ceci doit être pris en compte dans la rédaction du projet pastoral

Pour prendre connaissance du reportage photos de ce Conseil Pastoral, cliquer ici.

Chaque personne se nomme.

Rôle du Conseil Pastoral Paroissial : c’est l’émanation de toutes les réalités des communautés, des différents groupes, des mouvements de notre Paroisse. C’est un lieu d’échange et de communion entre ces réalités. C’est aussi un lieu de décision (vote).

Mission du Délégué Pastoral (et adjoint) : faire le lien entre tous les autres responsables et les mouvements qui sont sur la communauté locale, avec les paroissiens, avec la fraternité et avec la Paroisse. Il est bon de se retrouver et de provoquer des rencontres pour que la communauté locale vive. « Le Délégué Pastoral est en état de veille permanente ». Il fait également le lien avec la municipalité (lui ou le responsable des affaires matérielles).

En tablée : Comment a-t-on vécu la fête paroissiale, les appels que je retiens ? « Je fais toutes choses nouvelles » : comment j’entends cet appel du Seigneur ? Comment je vais vivre ma mission cette année avec cet appel à renouveler nos façons de témoigner de l’Evangile ?

Remontée :

  • Très belle journée, bien organisée. Agréable malgré un temps variable. Rassemblement des motos.
  • Échange avec d’autres personnes que l’on ne connaissait pas. Les chants de chaque station permettaient de rassembler.
  • Témoignages forts des confirmands, interventions appréciées des délégués du Synode et du Père Gérard.
  • Espérance : après le repas convivial, animation des jeunes que l’on sentait heureux.
  • L’homélie revigorante du Père MOUSSOLO a été très appréciée.
  • « Je fais toutes choses nouvelles » : certains ont besoin de s’impliquer, d’autres de se poser, de prier.
  • Les appels retenus : être attentifs aux nouveaux parents en catéchèse que l’on accueille, faire un bout de chemin avec. Quelle est la place des confirmés après ? Sur Mazières, certains veulent faire un groupe de prière de louange et d’adoration. Catéchuménat (entrée d’une jeune adulte à Mazières dimanche prochain). Demande d’animation de messe par les jeunes. Carnet de route en lien avec le pèlerinage de Notre-Dame de l’Agenouillée. Comment se renouveler (façons de faire moins traditionnelles) ? Accueil lors des messes : distribuer les feuilles/livrets de chants (très apprécié par les paroissiens).

Le projet pastoral (valable 5 ans) a été établi il y a 4 ans. Nous évaluons notre mise en oeuvre de ce projet.

  • La solidarité : on a avancé cette année.
  • Les jeunes générations : familles et jeunes. Réfléchir à l’accueil de ces générations. En ce moment, il y a 6 catéchumènes (dont une de 24 ans). En réunion il y a 1 an, nous étions une trentaine avec les personnes qui ont reçu le baptême ou la confirmation ces deux dernières années (jeunes dans la foi). Le groupe synodal continue et fait des propositions en direction des générations nouvelles.
  • Les personnes en situation de handicap. Cette dimension doit être mieux prise en compte, surtout dans notre paroisse.
  • La formation autour de la Parole de Dieu, autour de la vie liturgique.
  • Une Église proche. Attention à ne pas être fermée sur elle-même. Des communautés chrétiennes ouvertes et enracinées dans la vie locale et dans la Parole de Dieu. Soutenir la vie paroissiale. L’accueil est primordial. Soutenir la vie des mouvements. Être attentif et participer aux événements culturels locaux. L’information et la communication (création d’une équipe Communication en janvier dernier).

Chaque année, au mois de septembre, notre évêque envoie une lettre pastorale. Cette année : « Il les envoya 2 par 2 » (Luc 10,1-2). 12 Apôtres (en référence aux 12 tribus d’Israël). 72 disciples, chiffre de la plénitude (au monde entier).

2 par 2 : « 2 » est le chiffre de l’humanité (récit de la Création). L’homme et la femme sont envoyés en mission, le couple est le 1er missionnaire. « 2 » désigne toute l’Eglise. Il est plus facile de témoigner à 2 ou 3. Le missionnaire annonce toujours quelqu’un d’autre que lui-même.

L’échec peut être vécu comme une blessure. Le vivre dans la foi. Lire cette première partie comme une méditation sur l’hospitalité. L’Évangile ne force pas, il sollicite, il se propose.

3 points d’attention (des actes synodaux) à retenir pour l’année à venir :

  1. La lecture de l’Evangile (orientation n° 12)
  2. Les jeunes (orientation n° 13)
  3. L’écologie intégrale (orientations n° 5, 12,13)

En tablée, nous tavaillons la page 10 de la lettre pastorale

Développer des pratiques d’écologie intégrale.Comment notre Église de Saint-Jacques-en-Gâtine pourrait avancer vers ce label « Église Verte »

Remontée

  • L’écologie n’est pas une éthique, elle est une expression de foi sur tout le créé. Se soucier de ce qui est fragile, faire attention à ce qui existe déjà.
  • Proposition d’un dimanche autrement (ramasser des déchets après la messe, plus de groupe de paroles…)
  • Réduire l’impression hebdomadaire des feuilles de chant, mettre à jour les anciens livres de chants, penser au vidéoprojecteur (à adapter selon les églises).
  • Lors de nos réunions, éviter les gobelets en plastique. Proposer à chacun d’apporter son écocup.
  • Développer le covoiturage.
  • Dématérialiser (attention, penser à nos anciens qui n’ont pas Internet). Éviter le gaspillage. Recycler, réparer, trier.
  • Les mails stockés dans la corbeille consomment énormément d’énergie (penser à les éliminer régulièrement ou à les stocker sur un disque dur).
  • Le message est aussi de ne pas rester seul : deux par deux. Se soutenir pour ne pas entrer en désespérance.
  • Cette réflexion est à faire dans nos équipes d’animation locale.

Écologie intégrale : Création + créatures, humains + nature, tout est lié.

  • Jeudi 14 novembre, de 14h30 à 17h30, formation sur l’affichage dans les églises, animée par Julien GIRARDIN (responsable de la communication à Poitiers) au presbytère St-Laurent à Parthenay. Décrocher toutes les affiches et autres documents dans votre église et les apporter. Nous travaillerons à partir de ces informations. Déléguer 1 ou 2 personnes de chaque Communauté Locale (surtout celles qui s’occupent déjà de l’affichage).
  • Jeudi 14 novembre, de 18h30 à 22h00, soirée groupes d’évangile, organisée par le pôle Formation et Vie Spirituelle, avec Michelle BERTHOME et Valérie FOUGEREAU. Adressée aux groupes de partage de l’Evangile, aux groupes continus… Actuellement, sur la paroisse, il y a une douzaine de groupe d’Évangile. Au presbytère St-Laurent de Parthenay pour le Nord Deux-Sèvres (avec pique-nique).
  • Samedi 30 novembre, de 9h30 à 17h30, B’ABBA fête ses 10 ans au Tallud. Grand rassemblement inter-diocésain avec le thème « La vie comme une fête ». Rencontres, échanges, témoignages… de toute la France. Une garderie d’enfants est prévue. Pour le pique-nique, merci de vous inscrire.
  • Dimanche 24 novembre (Christ-Roi), une seule messe pour toute la paroisse à 10h30 en l’église St-Laurent à Parthenay. Réouverture officielle avec Mgr Pascal WINTZER, consécration de l’autel, bénédiction de l’orgue et anniversaire des 5 ans de la fondation de notre paroisse (prévoir 5 points de départs qui convergeraient vers l’église). Pour la préparation de la célébration, 2 personnes par fraternité. Réunion le mardi 5 novembre à 14h30 au presbytère de Parthenay.
  • Mercredi 4 décembre, pendant le temps de l’Avent, 2ème temps de rencontre autour de la lettre au peuple de Dieu de notre Pape  (le 1er avait eu lieu le 2 avril pendant le Carême). A 20h30, à la Maison du Temps libre à Parthenay (rue Clément Ader).
  • Dimanche 16 novembre, rassemblement avec notre évêque, de tous les mouvements du diocèse « Décider au plus près des gens » en démocratie et dans l’Eglise. A Chalandray, salle du Temps Libre. 10h00-16h00.

    Prochains CPP : à 20h00 à Châtillon, les mardis 4 février et 26 mai 2020

Nous avons pris un temps de prière d’action de grâce  pour tout ce qui nous a été donné de vivre en cette année pastorale.

La fraternité de Parthenay rend grâce à Dieu pour
>les chapelets récités à l’église de Viennay,
>la guérison d’un papa, accidenté de la route, par l’intermédiaire de Marie,
>la prise en charge d’une personne en situation de handicap par des bénévoles pour l’amener à la messe
>le baptême de deux jeunes à la veillée pascale.

La fraternité de Secondigny rend grâce à Dieu pour
>le groupe de jeunes étudiants qui a animé la messe en décembre,
>la fête du pain
>la messe animée par les jeunes du MEJ en mai à Saint Aubin.

La fraternité de Mazières rend grâce à Dieu pour
>les partages avec les jeunes
>la messe des rameaux animée par le MEJ.

Les mouvements et congrégations rendent grâce à Dieu pour
>ce qui s’est vécu pendant la journée du 23 septembre 2018 (fête paroissiale):
>la présentation de la vie religieuse par les sœurs d’Amailloux et les frères de saint Gabriel de Parthenay
>les panneaux faits par les mouvements pour se présenter.
>pour la journée du 11 novembre à Poitiers (promulgation des actes du synode).

La fraternité de Thénezay rend grâce à Dieu pour
>la journée des appels décisifs des jeunes à La Ferrière;
>et pour la personne qui chemine vers le baptême, rencontrée ce jour là par le père Wintzer. .

La fraternité des Hauts de Gâtine rend grâce à Dieu pour
>la première communion de 8 enfants;
>le baptême d’une enfant de 10 ans; la célébration fut émouvante et chantante.

L’équipe pastorale rend grâce à Dieu pour
>la journée de promulgation des actes synodaux,
>la marche sur les pas de saint Martin,
>les délégués du synode qui continuent à se rencontrer;
>les 2 rencontre du B’aba qui ont suivi.

Où en sommes-nous dans la mise en pratique de notre projet pastoral paroissial?

Du point de vue de la solidarité:

Vis-à-vis des migrants, nous rencontrons le problème de la langue pour communiquer. Une information plus complète de ce qui se vit à Parthenay serait nécessaire (apprentissage de la langue, alphabétisation, recherche de travail …). L’accueil des familles syriennes se vit seulement dans certaines fraternités.

Des chrétien-ne-s participent à différents dispositifs de solidarité: boutiques solidaires, distributions alimentaires, moments de partage, secours catholique, resto du cœur, transport solidaire (entre autres…).

Du point de vue de la solidarité dans nos églises, nous constatons qu’il y a peu de custodes déposées pendant les messes pour porter la communion aux frères et soeurs empêché-e-s.

Du point de vue des jeunes générations : familles et jeunes

Il nous parait important de maintenir et développer le lien intergénérationnel. Il y a eu des prises de consciences, ce qui se traduit par un engagement et une progression.
Nous avons encore un gros travail de recherche à faire vis à vis des jeunes générations : comment parler de l’éveil à la foi? Comment accompagner les jeunes parents?
>peut-être développer encore plus une messe pour eux et préparée par eux,
>proposer plus de temps forts pour la catéchèse et l’éveil à la foi;
>permettre aux enfants de vivre la messe autrement avec un coin pour eux;
>réfléchir et approfondir la connaissance et le sens de la messe en groupe avant d’aller à la messe.

A Parthenay, de jeunes ados sont très impliqués. Comment faire pour que des portes s’ouvrent davantage, que les générations « anciennes » se laissent bousculer ?

A Vasles, le nouveau directeur de l’école Sœur Emmanuelle à permis des liens plus forts.

Il existe des lieux de rencontre, d’échange de culture et d’écoute, la bibliothèque, la fête des jeunes agriculteurs, la fête des voisins,, … Des chrétiens y sont présents.

Autres lieux d’échange et d’écoute en lien avec la préparation aux sacrements : les préparations des sépultures (beaux lieux d’échanges même après), les rencontres de préparation au baptême,  les jeunes mariés qui continuent à se retrouver, les adultes qui demandent les sacrements.

Le journal « Chemin faisant » intéresse des personnes même loin de l’Église.

Du point de vue des personnes en situation de handicap

Nous accompagnons des personnes du foyer Gabriel Bordier à la messe du dimanche.
Nous avons cheminé avec un enfant souffrant de troubles autistiques vers la première des communions.
Nous avons obtenu l’autorisation d’une aumônerie à la « MAS » de La Peyratte.
Une messe est célébrée par trimestre au Foyer Gabrielle Bordier.
Des personnes se forment pour accompagner.

Du point de vue de la formation

Notons de gros progrès. Beaucoup de propositions nous aident à progresser, à nous positionner, à ne pas reculer. « La semence est en place, il faut qu’elle lève ».
La formation « Comment accompagner le deuil » fut vécue comme très enrichissante.
Les groupes de lecture d’Évangile permettent de progresser dans la compréhension et et le partage de la Parole de Dieu

Du point de vue d’une Église proche

Nous essayons de tenir une présence d’église dans les lieux publics (par exemple la messe dans les EHPAD).
Des personnes viennent chercher des rameaux qui ont été déposés dans le fond de l’église, après cette messe, les jours qui suivent.
La fête paroissiale annuelle commence à être ancrée.
Annoncer l’évangile, c’est partir d’une relation humaine qui peut devenir quelque part divine et qui porte témoignage.
Il est important de garder à l’esprit la simplicité de la relation: développer l’esprit d’humilité, rester ouvert aux autres.
L’accueil est vécu comme un service passionnant, ce n’est jamais pareil. Il est plus difficile d’accueillir quelqu’un dans un groupe.
Nous devons rester vigilants pour vraiment dire bonjour à l’entrée de l’église.
Pour la communication, le journal paroissial, le site de la paroisse, et la newsletter se complètent mutuellement

Constitution des équipes des communautés locales

Les situations sont variables selon les communautés et fraternités: dans certaines fraternités, on réfléchit au regroupement de communautés locales; dans d’autres, des équipes se forment, des chrétien-ne-s s’engagent mais il est parfois difficile de trouver une personne pour être délégué-e.  Nous faisons le point sur la liste des personnes prêtes ou pas à s’engager

La date limite de transmission des candidatures au secrétariat de Parthenay est le 30 juin.

Nous prévoyons une soirée de prière pour rendre grâce et se préparer à l’envoi des nouvelles équipes, à l’église de Viennay, le vendredi 13 septembre à 20h30 =>

L’envoi des délégués aura lieu le dimanche 22 septembre à Saint-Pardoux au cours de la messe de la fête paroissiale. =>

Dans l’agenda paroissial

  • Le calendrier des prières et célébrations au Sanctuaire Notre-Dame de l’Agenouillée:Cliquer ici
  • La fête paroissiale à Saint-Pardoux le dimanche 22 septembre. Cliquer ici
  • Diverses dates sont inscrites à l’agenda paroissial rappelant divers temps forts de l’aumônerie des jeunes (profession de foi, route de nuit des 3èmes et secondes, pèlerinage à Lourdes, confirmation). Cliquer ici
  • Trois adultes de la paroisse recevront le sacrement de la confirmation pendant le week-end de la Pentecôte.
  • Formation à l’affichage dans les églises, le 14 novembre. Cliquer ici
  • Inauguration de l’église Saint-Laurent, suite aux travaux. Cliquer ici
  • Prochaine réunion du Conseil Pastoral Paroissial le 15 octobre; Cliquer ici

Fraternité de Thénezay :

Les lieux et horaires de la veillée de Noël ont été bien vécus.

Pendant le temps de relecture de la mission des équipes d’animation des communautés locales, à la Peyratte le 19 janvier,  il a été compris qu’il fallait appeler les gens pour leurs charismes. Les équipes sont vieillissantes et peu nombreuses, ce qui pose la question de l’appel.

Aux rencontres de lecture de l’Evangile à la Peyratte, une dizaine de participants se rencontre régulièrement ; le groupe pourrait accueillir de nouvelles personnes.

Pour la  messe enfants-familles, beaucoup d’enfants sont présents mais peu de parents.

La Communauté locale de La Ferrière réfléchit à une rencontre avec les veufs et veuves pour un partage, une rencontre. Un atelier de montage de couronne de l’Avent  a rassemblé avec une vingtaine de participants avec adultes, parents, petits-enfants. Un nouvel atelier est prévu pour Pâques (décorations de Pâques).

Les appels décisifs des jeunes auront lieu à La Ferrière le 16 mars.

Fraternité de Mazières :

La Veillée de Noël a été vécue dans l’église (au lieu de la salle polyvalente) et a donné lieu à de très bons retours. Comme à Thénezay, la veillée « Ohé les anges » (préparée par I. Parmentier) a été proposée.

La lecture de l’Evangile continue.

Aux rencontres de préparation au mariage,  une dizaine de jeunes couples est présente. Nous avons été heureusement surpris d’entendre qu’ils préparaient leur mariage avec bonheur car l’Eglise était accueillante.

A la rencontre avec les parents des 14 enfants qui vont être baptisés, nous avons rencontré des personnes heureuses d’être là, confiantes dans l’Eglise, avec une vraie démarche de foi. Cela nous conforte dans notre mission.

Fraternité Hauts de Gâtine :

A la Veillée de Noël à Ménigoute, l’église était pleine avec de nombreux enfants.

Le nombre important de décès en ce début d’année mobilise beaucoup en temps.

Depuis décembre, 6 à 7 enfants se retrouvent à l’éveil à la foi.

A la messe des familles, les parents ont bien participé.

Un dimanche, une messe a été proposée avec les enfants du KT.

A Valses, à l’occasion du partage de la galette, Martine a présenté les actes du synode.

Fraternité de Secondigny :

La Veillée de Noël s’est déroulée en s’appuyant sur  la proposition d’Isabelle Parmentier. Tout le monde a apprécié ce message différent, et aussi le chant du Notre Père de Glorious.

Nous vivons des Partages d’évangile réguliers avec Geneviève Lucet, mais aussi avec des parents et des enfants.

La rencontre des permanents d’accueil au presbytère (environ 20) s’est effectuée en même temps que le partage de la galette.

Des rencontres sont organisées avec les adultes qui vont être confirmés (4) et aussi avec deux autres qui continuent après leur confirmation. Ceci s’appuie sur des temps forts de partage avec les accompagnants.

Le 19 janvier a été vécu comme une journée extraordinaire. Nous remercions l’équipe pastorale, Philippe Devaux et Michelle Berthomée pour cette rencontre.

Fraternité de Parthenay :

Le 26 novembre, les délégués à la prière se sont rencontrés.

Le 21 décembre, nous avons vécu un  temps fort de l’éveil à la foi.

Le 23 décembre,  une équipe liturgique de jeunes a animé la messe (très festif).

Le 24 décembre, la  veillée de Noël a eu lieu à Ste Croix à 18H pour la seconde année consécutive. La proposition d’Isabelle Parmentier a été très appréciée ; elle change nos habitudes mais a permis de rejoindre les générations nouvelles : l’église était pleine..

Le 16 janvier, nous avons vécu un bon temps de partage de la galette pour les travailleurs de l’ombre (celles et ceux qui font le ménage, les fleurs…), qui permettent que l’église soit belle et accueillante: plus de 60 personnes étaient présentes.

Le 19 janvier, le temps de relecture paroissial s’est révélé très enrichissant et encourageant.

Des temps d’adoration et de louange sont proposés, soit à Châtillon soit à la chapelle soit à ND de l’Agenouillée.

Un jeudi par mois pendant le temps ordinaire, un temps de Partage de l’Evangile du dimanche suivant est proposé.

Sur Pompaire, nous avons vécu  des temps forts avant Noël, et notamment un temps œcuménique avec les anglicans.

ACO :

Le 25 novembre, le congrès diocésain a eu lieu suite à la rencontre nationale. Nous insistons sur la Résolution 2019 : être très attentif à tout ce que les gens partagent, dans les lieux où nous sommes présents.

Le 27 janvier, nous avons vécu à Chalandray une rencontre avec une intervenante du  CCFD sur le thème « Qu’as-tu fait de la Terre ? »  La Terre est un être vivant, une mère nourricière.

CMR :

Avant Noël, nous souhaitions mettre en œuvre un projet de faire Noël autrement ; nous avons dû abandonner pour cette année, mais gardons le souhait de le remettre en route l’an prochain.

La préoccupation demeure toujours dans la formation d’équipes.

Le 26 janvier, nous avons vécu  une soirée festive avec 125 personnes et d’autres mouvements d’action catholique (MRJC, ACE) : repas puis danses traditionnelles.

Le 30 janvier, nous avons rencontré l’ACO; ceci nous a permis de voir que nous avons les mêmes préoccupations.

Vie religieuse :

Nous fêtons la Journée mondiale de la vie consacrée le 2 février. Depuis 1997, cette fête coïncide avec la fête de présentation de Jésus au Temple. Pour les personnes consacrées, c’est une invitation à célébrer ensemble les merveilles que le Seigneur a accomplies en elles. Elles sont conviées à réfléchir sur le don reçu, découvrir le rayonnement de la beauté divine diffusée par l’Esprit dans leur forme de vie.

Dans notre paroisse, la vie religieuse est représentée par les sœurs d’Amailloux et les frères de St Gabriel.

Commission jeunes :

38 jeunes se préparent à la Profession de foi. En avril, ils vivront une retraite à Ligugé.

Les 13-17 ans se rencontrent une fois par mois le samedi soir (une trentaine de jeunes).

Un groupe de 12 confirmands s’est mis en route. La confirmation aura lieu le 5 octobre à Châtillon sur Thouet.

En avril, un groupe de 5°/4° va participer au pèlerinage  diocésain au Mont St Michel.

Samedi 15 juin, aura lieu la route de nuit des 3èmes avec quelques changements sur le parcours (sans doute un départ d’Aubigny et une 1ère étape à La Roche Faton).

En août, le pèlerinage des jeunes se déroulera du 5 au 11 août.

Nous avons échangé en petits groupes sur  ce que nous avons retenu de la rencontre du 19 janvier et nous sommes demandés  sur quoi  nous appuyer pour appeler de nouvelles personnes.

Quelques points forts ressortent:

  • Les responsables sont en sueur ( réunions, beaucoup de charges…). Il est difficile de demander à d’autres de nous remplacer dans de telles conditions.
  • Sur Parthenay, nous avons l’impression de répondre à des affaires purement matérielles plutôt que de proposer des rencontres nourrissantes.
  • La fonction du délégué aux affaires matérielles n’est pas que de compter le résultat des quêtes ; il est là aussi pour prendre en charge le fonctionnement des églises.
  • La première annonce de la foi, c’est d’en vivre, de témoigner dans les périphéries d’Église où nous nous trouvons.
  • Être en fraternité, c’est faire équipe, partager la mission reçue, ne pas s’enfermer dans des rôles, des choses à faire.
  • Il faudrait changer de modèle pour pouvoir solliciter des plus jeunes (ils n’ont pas autant de temps à y consacrer). L’engagement de chacun devrait se faire dans la joie et dans l’amour. Il nous faut apprendre à faire confiance en la nouveauté, à être assez humbles pour ne pas dire comment il faut faire ou ne pas faire, pour apprendre à déléguer. Il faut accepter que l’autre fasse différemment.
  • On peut s’appuyer sur les rencontres du Conseil Pastoral Paroissial, la confiance, la prière et la présence de l’Esprit Saint.
  • Face au sentiment d’être un peu dépassé(e)s, la rencontre du 19 janvier nous a permis de renouveler notre regard. Elle nous a conduits à nous réinterroger sur la manière d’appeler : il est illusoire de jouer aux chaises musicales pour remplacer ; il est préférable de reconnaître notre pauvreté en l’absence de personnes en responsabilité.

Du point de vue des échéances, il sera important que les équipes soient constituées d’ici l’été, pour l’envoi en mission du 22 septembre, pendant la fête paroissiale

Nous avons étudié  le cahier synodal. Ce cahier est composé de 3 chapitres. Il reprend les visées et orientations qui ont été votées lors des assemblées synodales de février et mai, et promulguées par Mgr Wintzer le 11 novembre 2018.

Pour les deux années à venir, deux  visées sont prioritaires :

  • Visée 1 : « Inventer le visage d’une Église en sortie »
  • Visée 4 : « Reconnaître et nourrir la quête spirituelle de nos contemporains ».

La visée 7 « Appeler chacun selon son charisme », nous intéresse particulièrement sur notre paroisse en cette année de renouvellement des équipes locales d’animation.

Nous avons pris  connaissance des  outils préparés par l’équipe diocésaine pour la mise en œuvre du synode :

  • Des sets de table
  • Une broderie va circuler dans le diocèse de paroisse en paroisse
  • Les actes du synode vont être emmenés à Rome (fin février)
  • Mise en place de vidéos
  • Mise en place d’un nouveau site
  • Sur RCF, une fois par mois, une tranche horaire spéciale synode.

Sur la paroisse il existe une équipe synodale (des jeunes familles, des jeunes confirmés… : environ 15 à 20 personnes). Cette équipe avait porté la marche du 23 sept. Elle a pour projet de mettre en place un B’ABBA (un outil de première annonce).

Le MEJ a proposé le 6 janvier un « dimanche autrement » avec partage de l’Evangile, découvrir l’Evangile au travers de gestes, … Une interrogation personnelle sur comment je peux suivre le Christ ?

Ce genre d’expérience pourrait se revivre tous les trimestres. Ces temps permettent d’inviter des personnes qui n’ont pas l’habitude de vivre la messe.

Nous avons partagé nos remarques sur la lecture de la lettre du pape François au peuple de Dieu. « Si un membre souffre, c’est tous les membres qui souffrent ».

Sur Bressuire, des membres de la paroisse sont partis des commentaires du journal « La Croix » : 10 points détaillés qui permettent d’entrer dans la lettre du pape. Ils sont en train de travailler chaque point. Une rencontre d’une quarantaine de personnes a déjà eu lieu. Ils avaient travaillé les 3 premiers points ensemble. L’invitation ciblait plutôt les personnes en responsabilités. Peut-être pourrions-nous proposer quelque chose de similaire pendant le Carême.

La Fête de la paroisse est prévue à  St Pardoux le dimanche 22 septembre. Pour composer l’équipe  de préparation, nous prévoyons deux personnes par fraternité, des personnes de l’équipe synode, de la pastorale des jeunes. La première réunion de cette équipe de préparation se tiendra le  4 mars à 20h30 au presbytère de St Pardoux.

Le 11 mars, est organisée une formation des équipes deuil à la salle des fêtes de Pompaire. Sont aussi concernées les personnes qui accueillent dans les presbytères.

Vendredi 22 mars à 20h30 en l’église de Viennay, aura lieu une veillée de prière en lien avec les vitraux de ND de l’Agenouillée.

Le prochain Conseil Pastoral Paroissial aura lieu le mardi 28 mai à 20h00 à Châtillon sur Thouet.

Journées pastorales, événements paroissiaux

Pour accéder au reportage de la journée du 23 septembre 2018, cliquer ici

Pour accéder au reportage de la journée du 22 septembre 2019, cliquer ici

Pour accéder au reportage de la journée du 24 novembre 2018, cliquer ici

En paroisse, se soutenir dans la foi; cliquer ici

Préparer Pâques dans le confinement; cliquer ici

Dimanche des Rameaux à Saurais;cliquer ici.

Nos rameaux dans le confinement; cliquer ici

Allumer une lampe le 25 mars; cliquer ici

Reportage de Radio Gâtine le 24 mars; cliquer ici