Conseil Pastoral Diocésain du 28 janvier : le Synode, la politique et la vie de l’Eglise

Par Odile Urvois et Christian Genre, membres du Conseil Pastoral Diocésain.

Le Conseil Pastoral Diocésain s’est réuni le samedi 28 janvier. Trois grands sujets étaient à l’ordre du jour de cette session : le synode, l’Eglise et la société en cette année électorale, et enfin, une réflexion sur l’existence de l’Eglise lorsque les repères classiques s’effacent.

Le Synode : une mise en route dans la joie

Réflexion autour du Synode

Réflexion autour du Synode
Photo : Christian Genre

A l’unanimité, les membres du CPD ont salué l’élan donné par la journée du 7 janvier  pour vivre l’ouverture du synode dans les différents lieux et réalités ecclésiales du diocèse. Le lancement en paroisse a pris des formes très diverses : des rassemblements à caractère festif en un lieu unique, ou bien des propositions en proximité avec le souci de souligner la dimension diocésaine du synode. Dans bien des cas il a fallu brasser les chaises et bancs pour permettre d’accueillir les nombreuses personnes ayant répondu à l’invitation, quitte à bousculer les habitudes (Paroisse Sainte Florence en Poitou),  voire même à  louer une salle des fêtes (Paroisse Saint Sauveur en Civraisien). Dans certains endroits, les générations nouvelles étaient très présentes grâce à la mobilisation des enfants catéchisés et de leurs parents, des jeunes des aumôneries et des mouvements (scoutisme, MEJ) ; dans d’autres, c’était plutôt les personnes déjà bien investies qui se sont majoritairement déplacées. L’essentiel reste que des personnes se soient mobilisées et mises en marche pour qu’à partir d’elles, le synode se propage. Parfois, on a su profiter de rassemblements déjà programmés comme ce fut le cas de certains mouvements en Deux-Sèvres et dans le Chauvinois. Enfin, nos sœurs et frères de la paroisse Saint Pierre et Saint Paul de Niort ont, quant à elles,  témoigné de la joie d’avoir accueilli la Journée de lancement et exprimé combien cela avait dynamisé le travail en équipe au sein de la paroisse.

Au cœur de toutes ces initiatives, grandes ou petites, la joie de l’Evangile était bien présente mais aussi la prise de conscience du chemin à parcourir. La réflexion en ateliers a soulevé deux points d’attention. D’une part, celui de l’accompagnement et du soutien des relais synodaux, et de l’autre, celui des modalités des remontées des consultations et de leur traitement par l’équipe du secrétariat et en amont, sur la paroisse, pour dégager déjà quelques lignes de force.

« Dans un monde qui change », il existe de belles choses à souligner

Un extrait du texte du Conseil Permanent de la Conférence des Evêques de France, Dans un monde qui change, retrouver le sens du politique, a servi de point de départ  à une réflexion sur les changements profonds qui s’opèrent dans notre société. Nous nous sommes partagés la joie de voir émerger tout autour de nous, de multiples initiatives citoyennes locales. L’expérience « Territoire zéro chômeur » vécue dans la région de Mauléon a particulièrement retenu l’attention car elle associe à la  fois la démarche personnelle des chômeurs qui acceptent de mettre en commun les aides reçues, les entreprises, les collectivités locales et les associations. Elle témoigne que  le sens du bien commun reste vivant  malgré les discours ambiants sur l’individualisme.

L’Eglise au delà des églises : expériences d’une paroisse

Enfin, deux personnes de la paroisse de la paroisse Saint Jean-Charles Cornay en Loudunais, Martine Mauberger déléguée pastorale de la communauté locale de Monts sur Guesnes-Dercé et Sr Odile Baron membre de l’Equipe d’Animation Pastorale, sont venues nous dire comment, dans leur paroisse largement rurale, l’Eglise continuait de vivre au-delà de l’effacement des repères classiques que sont le nombre des messes ou celui des enfants catéchisés. Cette vie repose beaucoup sur l’investissement des laïcs missionnés dans le cadre des communautés locales et le dynamisme des personnes ayant reçu un ministère reconnu. C’est ainsi que l’envoi en mission de la nouvelle catéchète de la paroisse a été joyeusement vécu. Il faut également  saluer  l’investissement des chrétiens dans la vie locale. A Loudun, l’accueil et l’accompagnement des réfugiés a mobilisé nombre d’entre eux et permis de réussir l’insertion de ces nouveaux arrivants dans la population et aussi dans la communauté locale. En conclusion, ces deux témoins ont insisté sur la nécessité de savoir saisir un nouveau dynamisme dans lequel le clocher n’est plus la référence, et de développer, conformément à l’esprit du synode,  des capacités d’adaptation à des mentalités nouvelles. Comme l’a d’ailleurs souligné le Père Russeil, le fait que deux prêtres de la paroisse soient « venus d’ailleurs », l’un du Congo, l’autre de Madagascar, et que  la nouvelle catéchète arrive du Québec,  contribue certainement  à ce changement d’échelle et de manière de vivre en Eglise.

La prochaine rencontre du CPD aura lieu le 13 mai 2017.